La daronne : pure deal

Isabelle Huppert est une actrice complète et qui déteint aussi bien dans le drame comme dans la comédie, ce qui lui donne un statut particulier. 

La daronne ne déroge pas à la règle et c’est avec cette idée que je suis parti, intéressé et confiant, découvrir le nouveau film de Jean-Paul Salomé. Isabelle Huppert incarne Patience Portefeux, une interprète pour la Brigade des Stups, maitrisant notamment l’arabe. Son truc, ce sont les écoutes téléphoniques qui lui permettent de surveiller les conservations des trafiquants. Parallèlement, elle s’occupe, avec l’aide de Khadija, l’infirmière, de sa mère qui vit dans un EPHAD. Un jour, dans le cadre d’une grosse opération, elle tombe sur une discussion et reconnaît une voix, celle du fils de Khadija. Elle décide alors de le couvrir et se retrouve, un peu malgré elle, à la tête d’un immense trafic qu’elle doit écouler au plus vite. Une occasion en or pour cette fonctionnaire au revenu modeste. Patience se fait progressivement un nom et une réputation, elle est vite surnommée « La daronne ».

« La galérence, elle est finie ! » C’est par cette exclamation que Patience débute sa nouvelle activité, celle de trafiquante de premier rang, ce qui n’était pas tellement prévu au départ. Interprète français/arabe, sa vie est tout ce qu’il y a de plus normal. Veuve, réglant encore les dettes de son mari, et devant s’occuper de sa mère qui vit dans une maison de retraite qui lui coûte un bras, cette grosse cargaison de résine de cannabis, c’est un cadeau tombé du ciel, disons qu’elle arrive à point. Toutefois, on ne s’improvise pas baronne de la drogue comme cela. Qu’à cela ne tienne, Patience s’appuie sur sa connaissance du milieu mais aussi de son bilinguisme pour s’imposer progressivement et devenir la référence. Patience est discrète, elle est surtout insoupçonnable, c’est qui est sa force et qui rend la brigade des stups sur les nerfs. La daronne est en effet insaisissable, ce qui exaspère Philippe. Sans se douter que La daronne est bien plus proche qu’il ne le pense. 

Patience est sure d’elle, elle est insoupçonnable, elle s’inscrit dans le registre « trafiquante haut de gamme, mais elle prend aussi des risques d’autant que si elle écoule tranquillement la marchandise, certains aimeraient tout simplement récupérer ce qu’ils considèrent comme leur marchandise. Prise en étau, elle va devoir ruser pour ne pas se faire prendre. 

Malgré un rythme correct, une durée convenable et une bonne Isabelle Huppert, La daronne déçoit, ou plutôt m’a déçu. Comme une étrange (et désagréable) impression de déjà-vu, déjà-entendu et surtout convenu. Bien dommage car on aurait pu rire à gorges déployés, ça sera pour une autre fois ! 

La daronne

Un film de : Jean-Paul Salomé 

Avec :  Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, Farida Ouchani, Liliane Rovère, Jade-Nadja Nguyen

Pays : France

Genre : Comédie, Policier

Durée : 1h46

Sortie : le 9 septembre

Note : 9/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s