Adolescentes : transition(s)

Il est assez rare que je vienne au cinéma pour aller voir un documentaire, du moins c’est assez peu fréquent. Comme je lis très régulièrement, je considère que ce genre a plutôt sa place sur petit écran, histoire qu’il soit plus accessible. Toutefois, certaines réalisations ont toute légitimité pour se retrouver sur grand écran, surtout qu’elles se regardent en fait comme un long-métrage.

Emma et Anaïs ont toutes deux 13 ans. Elles sont dans le même collège, non loin de Brive-la-Gaillarde dans le Limousin (aujourd’hui, la Nouvelle-Aquitaine) et sont inséparables, bien que tout les oppose. Durant cinq ans, Sébastien Lifshitz suit le parcours et l’évolution de ces filles qui deviennent femmes ainsi que leur amitié. Entre choix, orientations, premières fois et décisions majeures, Emma et Anaïs seront en apprentissage, celui de la vie, dans un contexte où notre pays connaît des transformations et évènements majeurs.

Tout commence à la rentrée 2013 où le spectateur va à la rencontre de deux élèves de 4ème qui s’apprécient, sont inséparables mais qui sont pourtant à l’opposées l’une de l’autre. Si Emma, fille unique, vient d’un milieu plutôt favorisé, pour ne pas dire aisé, Anaïs, l’aînée, est issu d’une famille modeste. Emma est plus studieuse à l’école et sait ce qu’elle veut faire, ce qui n’est pas tellement le cas d’Anaïs. Enfin, si Anaïs semble un peu plus ouverte envers les autres, c’est plutôt le contraire pour Emma. 

Toujours est-il que les deux filles partagent de nombreux points communs ou plutôt des visions communes. Des rapports compliqués avec leurs parents respectifs, la complexité des relations amoureuses, des interrogations face à l’avenir ou bien encore un certain désenchantement vis-à-vis de la politique. Au cours des cinq années, entre la 4ème et le bac, cinq années dominées par l’attentat de Charlie Hebdo, ceux du 13 novembre ou encore l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République, le spectateur observe cette transition et l’évolution de nos deux protagonistes. Emma et Anaïs perdent peu à peu de leur innocence mais gagnent progressivement en lucidité. Une lucidité qui peut être déroutante pour ne pas dire « déprimante » mais qui est à l’image d’une génération – la leur – qui s’interroge dans une société française qui se cherche. 

Adolescentes, malgré ses 2 heures 15 au compteur (ce qui n’est pas rien pour un documentaire, qui plus est) se digère très facilement, d’autant plus que ce documentaire se lit comme un film, comme je l’ai indiqué plus haut. La réalisation de Sébastien Lifshitz y joue sans doute pour beaucoup et donne une certaine force et mélancolie à ce projet et donc une saveur particulière. 

Adolescentes

Un film de : Sébastien Lifshitz

Pays : France

Genre : Documentaire 

Durée : 2h15

Sortie : le 9 septembre

Note : 15/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s