La gifle (ou la « grande famille » du cinéma)

Alors que j’ai pas moins de quatre critiques à pondre d’ici demain et que je pensais m’attaquer à l’une d’entre elles, une info m’a rapidement attirée l’attention au saut du lit, ce matin. 

La nuit dernière, en pleine 94ème édition de la Cérémonie des Oscars, Chris Rock s’est fait tout bonnement giflé par Will Smith. L’humoriste, venu remettre l’Oscar du meilleur documentaire, avait quelques instants auparavant fait une blague sur la coupe de cheveux de Jade Pinkett-Smith. Une blague que cette dernière avait modérément apprécié – elle est en effet atteinte d’alopécie – et que son mari n’avait pas tardé à faire savoir à l’intéressé en se dirigeant sur la scène et en lui envoyant tout bonnement un soufflet devant un parterre de stars médusées. Très vite, les réseaux sociaux se sont emparés de la séquence, certains pensant alors un mise en scène, comme Hollywood sait les faire. Les doutes se sont rapidement levés lorsque Will Smith, revenu sur scène pour récupérer sa statuette en tant que meilleur acteur pour le film La Méthode Williams, s’est adressé à l’assistance pour exprimer ses excuses, en larmes. 

Ce n’est pas la première que Chris Rock et Will Smith règlent leurs comptes plus ou moins indirectement. En 2016 par exemple, le couple Smith avait, en pleine polémique #OscarSoWhite, tout bonnement décidé de ne pas se rendre aux Oscars, imitant le cinéaste Spyke Lee. Un positionnement que n’avait pas tardé à souligner Chris Rock qui lui s’est bien rendu à Los Angeles, présenter la cérémonie. Depuis les deux comédiens, qui ne semblaient pas déjà s’apprécier à la base, donnent le sentiment de se détester cordialement et l’altercation d’hier soir ne va pas arranger les choses, on l’imagine assez clairement ! 

Ce clash entre Rock et Smith est l’occasion de rappeler que si le monde du cinéma (nous) vend souvent du rêve (en même temps, c’est pourquoi il existe hein !), il n’en demeure pas moins que derrière les strasses et les paillettes, se cachent des querelles d’ego, des animosités multiples et des gens qui se détestent cordialement. C’est même un classique dans la mesure où le monde du cinéma, c’est aussi un milieu concurrentiel et surtout hiérarchique où chacun se jalouse et s’épie même s’il existe (encore) une certaine admiration ou (du moins) respect réciproque. 

Gérard Depardieu et Patrick Dewaere

Ce fut notamment le cas entre Gérard Depardieu et Patrick Dewaere dans les années 1970. Si les deux compères ont vu leur carrière prendre une autre dimension grâce au succès des Valseuses en 1974, cela n’a jamais empêché Dewaere d’avoir un sentiment d’infériorité par rapport à Depardieu et entretenir ainsi une relation basée sur l’admiration mais aussi une forte rivalité, teintée de jalousie. Une sorte de compétition s’instaure pour avoir lequel des deux à la meilleure reconnaissance du public et/ou de la profession, avec ce qu’il y a de mieux mais aussi de plus discutable. 

Aussi lorsqu’on parle du cinéma comme d’une grande famille, autant y mettre un gros, voire un très gros bémol ! Bien évidemment des relations d’amitiés existent, tout comme les histoires d’amour, sans oublier une certaine bienveillance. Cependant, comme partout d’ailleurs, la grande famille du cinéma, c’est aussi des stars qui se détestent et des règlements de compte qui se font de manière plus ou moins feutrée ! A ce propos, la cérémonie des César 2020 entre Black Lives Matter et Affaire Polanski n’a pas à rougir sur ce point ! 

Will Smith et Jade Pinkett-Smith sur le tapis rouge de la 94ème cérémonie des Oscars, dimanche 27 mars à Los Angeles

En clair, la question n’est pas tellement de savoir si la blague de Chris Rock était drôle ou non, voire même si elle était bienvenue ou non. La question n’est pas non plus de savoir si Will Smith avait eu raison (ou tort) d’aller coller une beigne à un acteur-humoriste qu’il semble apprécier (j’ironise). La drôle de séquence à laquelle nous avons tous eu droit a au moins un mérite : celui d’en finir avec une certaine hypocrisie qui veut croire que le  cinéma c’est une grande famille et qu’ils s’aiment tous. Comme toute famille, il y a des gens qui s’apprécient et des gens qui se haïssent sans oublier celles et ceux qui sont dans l’entre-deux. C’est ce qui rend tout ce monde humain !

Une chose est sûre, ils ne partiront pas en vacances ensemble, comme le disait le regretté Thierry Roland ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s