Le monde d’hier : dilemme

Je ne suis pas trop sur mon blog ciné ces temps-ci, ni même au cinéma d’ailleurs ! La « faute » à mon gremlin (attention ! Que les choses soient claires, je suis totalement gaga de mon petit gars, il me remplit de joie ^^’) mais aussi à une élection présidentielle que je suis, même de très loin vu le niveau des (non) débats et des argumentaires en dessous de la ceinture, à celui qui mettra le plus d’immigrés dehors (ambiance !) Si je vous parle de cela, c’est qu’à quelques jours des présidentielles, un film vient faire écho à cette drôle de période. On pourrait se dire que c’est de la fiction mais pas tant que cela en réalité. Enfin, allez savoir ! 

Nous sommes en pleine élection présidentielle. Elisabeth de Raincy est la présidente de la République sortante. Elle a décidé de ne pas se présenter pour un nouveau mandat. Luc Gaucher, un de ses anciens ministres, est bien placé pour la succéder. Cependant, un scandale impliquant ce dernier pourrait tout remettre en cause mais surtout consacrer la victoire nette et sans bavure du député d’extrême droite, François Willem au second tour. Face à la déflagration annoncée, Elisabeth de Raincy sait qu’elle n’a pas beaucoup d’options pour protéger la République et éviter la catastrophe. Elle n’a surtout pas de temps, le premier tour a lieu dans seulement trois jours. 

Parler de l’extrême droite et de son idéologie, de manière militante et assumée n’est pas toujours chose facile tant la démarche est souvent critiquée de part et d’autres. Ce qui n’a pas empêché Diastème de se pencher à nouveau sur le sujet, sept ans après Un Français qui retrace le parcours d’un militant d’extrême droite plus ou moins torturé et qui cherche peu à peu à s’éloigner des idées rances de Marine Le Pen et compagnie. Dans Le monde d’hier, Elisabeth de Raincy fait face à un dilemme. Que faire face à la menace claire et nette de l’extrême droite au pouvoir ? Faut-il avoir confiance au jeu démocratique et au jugement des Français ou bien faire en sorte que le scandale à venir n’éclate pas, quitte à s’assurer que cela soit bel et bien le cas ? Cette question, la présidente sortante se la pose sans trouver de réponse claire et définitive. D’autant qu’il faut protéger la République mais aussi (et surtout) protéger la fonction. C’est justement la mission du Premier ministre (incarné par un bon Benjamin Biolay) mais aussi et surtout du Secrétaire Général de l’Elysée, interprété par un très bon Denis Podalydès, un homme loyal et fidèle jusqu’au bout et selon les circonstances.

Jusqu’où peut-on éviter le scandale ? Jusqu’où peut-on protéger la République ? Surtout peut-on jouer avec les institutions de la République et par extension avec la démocratie ? Autant de contraintes que doit prendre en compte Elisabeth de Raincy qui sait également qu’elle joue sa place dans les livres d’Histoire. 

Malgré un rythme assez inégal, Le monde d’hier dépeint avec justesse et effarement cette solitude du pouvoir qui fait que toute décision prise sera, de toute façon, mauvaise. Une manière aussi de nous faire comprendre que si l’extrême droite est là où elle est en France, c’est aussi de la faute des responsables politiques qui nous gouvernent, et ceci n’est pas une fiction ! 

Le monde d’hier 

Un film de : Diastème 

Avec :  Léa Drucker, Denis Podalydès, Alban Lenoir, Jacques Weber, Thierry Godard, Emma de Caunes, Jeanne Rosa, Frédéric Andrau…  

Pays : France

Genre : Drame

Durée : 1h29

Sortie : 30 mars

Note : 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s