Un peuple et son roi : révolution(s)

Un_peuple_et_son_roiJ’aime beaucoup les films historiques. Rien d’étonnant lorsqu’on est passé par des études d’Histoire durant son cursus et que vous décortiquez les évènements qui ont marqué notre pays à Sciences Po, d’une manière ou d’une autre. Aussi, c’est avec intérêt et enthousiasme que je suis parti à la découverte du nouveau film de Pierre Schoeller, qui s’était déjà distingué avec L’Exercice de l’Etat.

Nous sommes en 1789, un jour de Juillet, le 14 précisément. Le peuple de Paris se soulève, la Bastille est prise d’assaut. C’est le déclencheur d’une révolution qui emporte tout son passage, à commencer par son Roi, Louis XVI. En parallèle, on a ces hommes et ces femmes aux destins croisés. Ce sont des petits gens qui viennent de goûter à la liberté et qui ne veulent plus la lâcher. Mais comment mettre en avant ce nouveau principe et celui d’égalité sans oublier la fraternité dans cette nouvelle France qui se dessine ? C’est la question que se pose le toute nouvelle Assemblée nationale qui doit répondre à une autre question tout aussi problématique : que faire du Roi ?

1158263-_372_ups9430jpg

Quels sont les rapports entre le peuple, ses représentants et son dirigeant ? Tous trois peuvent-ils (durablement) cohabiter ? C’est la question que pose habilement Un peuple et son Roi qui, en trois temps (1789, 1791 et 1792) analysent cette relation complexe faite d’espoir, d’alliances mais aussi d’arrangements et de trahison. En effet, si chacun aspire à la liberté et aux préceptes de la révolution qui s’anime, tous ne sont pas forcément hostiles au Roi de France. Certains le considèrent comme un guide, une valeur sure face aux dangers et incertitudes la France. Si la République à venir fascine, des dérives ne sont pas à exclure. Après tout, s’interrogent certains parlementaires et autres personnalités de la Révolution, il convient de calmer les ardeurs du peuple et ne pas bousculer l’ordre politique et social. Un jeu de dupes s’installe auquel le peuple n’est pas tout le temps gagnant. C’est dans ce contexte que le sort de Louis XVI devient un enjeu crucial. Que faire tout simplement de lui ? La Révolution peut-elle être la promesse d’un Etat fort et juste ou bien faut-il faire table rase ? Le Roi de France a-t-il finalement été le dindon de la farce et victime d’un coup d’Etat ?

un-peuple-et-son-roi

Grâce à un bon rythme, une distribution remarquable (allant de Gaspard Ulliel à Louis Garrel en passant par Noémie Lvosky et Olivier Gourmet) et de bons enchaînements, Un peuple et son Roi détonne par la complexité de ses personnages mais également des premières années de la Révolution française. Mention spéciale à Laurent Lafitte qui incarne un Louis XVI, bien éloigné de l’image qu’on m’a toujours enseigné de lui au collège comme au lycée. Un monarque bien plus difficile à cerner et réaliste, notamment sur son destin.

Un peuple et son Roi

Un film de : Pierre Schoeller

Pays : France

Avec : Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Olivier Gourmet, Louis Garrel, Izïa Higelin, Céline Selatte, Noémie Lvosky, Olivier Gourmet…

Genre : Drame, Historique

Durée : 2h01

Sortie : le 26 septembre

Note : 16/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s