Le Fidèle : l’amour jusqu’au bout

3329858Le cinéma belge continue de me séduire qu’il soit wallon (francophone) ou flamand (néerlandophone). Surtout flamand. Ce cinéma-là est en effet spécial, assez sombre à la différence de son pendant wallon, plus social, mélancolique. Ce cinéma-là s’affirme de plus en plus et donne des histoires plus ou moins intéressantes ainsi que des réalisateurs audacieux.

Tel est le cas de Michaël R. Roskam. Après Bullhead et Quand vient la nuit, son premier long en anglais, il fait la passe de trois avec Le Fidèle dans lequel on retrouve son complice Matthias Schoenaerts et Adèle Exarchopoulos, réunis pour la première fois à l’écran. Ils incarnent respectivement Gino – dit Gigi – et Bénédicte, surnommée Bibi. Gigi et Bibi se rencontrent pour la première fois lors d’une course automobile en Flandre. Tout de suite, c’est la passion. Gigi et Bibi s’aiment profondément mais Bibi à un secret : il braque des banques et cette activité peut mettre leur couple en danger. Face à cette menace évidente, en dépit des aléas et contre toute logique, Gino et Bénédicte voudront se battre pour rester fidèle à leur amour.

2979871

Le Fidèle, c’est un peu l’histoire de deux personnes qui auraient passé une sorte de contrat : celui de s’aimer, vaille que vaille, jusqu’à ce que la mort les sépare, et même après. Gino et Bénédicte s’éprennent fortement l’un l’autre, ils sont complémentaires, se comprennent. Ils veulent vivre leur amour, peu importe le danger et surtout les conséquences. Gino sait qu’il mène une vie dangereuse et qu’il met en danger la femme qu’il aime. On pourrait penser qu’ils sont complètement inconscients, voire irresponsables mais c’est tout le contraire, en réalité. Gigi sait qu’il fait du mal à Bénédicte et cette dernière tente de le raisonner. Elle est parfois cassante avec lui, impitoyable sans pour autant remettre son amour pour lui en question. En toute logique, elle devrait mettre un terme à cette relation toxique mais elle a envie de poursuivre cet amour jusqu’au bout, tout comme Gino qui voit en elle, un chemin pour la repentance. Mais si cet amour est fort, ils savent qu’un moment ou un autre, ils en devront payer le prix.

2721658

Avec une intrigue coupée en trois parties, Le Fidèle s’intéresse à ce couple qui, pour mieux s’aimer, s’embarque dans une spirale infernale, à l’instar de Bonnie et Clyde, à la différence notable que Bénédicte n’est pas Bonnie et Gino encore moins Clyde. Si le film de Michael R. Roskam aurait gagné à être un peu moins long et à avoir un rythme un peu soutenu – en effet, certaines scènes ou dialogues m’ont parus superflus – il se défend plutôt bien au final. Le duo Schoenarts/Exarchopoulos fonctionne bien et arrive à mettre en avant cette complémentarité entre deux personnages aux caractères, en réalité, opposés. Le tout accompagné d’un dénouement qui m’a franchement surpris mais qui est au bout du compte logique, vu l’intensité de la relation entre Gigi et Bibi.

Le Fidèle

Un film de : Michaël R. Roskam

Pays : Belgique

Avec : Matthias Schoenaerts, Adèle Exarchopoulos, Jean-Benoît Ugeux, Kerem Can, Sam Louwyck, Nathalie Van Tongelen…

Genre : Drame, Policier

Durée : 2h10

Sortie : le 1er novembre

Note : 13/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s