Joker : voyage au bout de la folie

4753534Comment devient-on un méchant ?

La question peut paraitre saugrenue mais elle est, au bout du compte, pertinente. C’est en tout cas la vision que nous proposent Todd Philips et Joaquin Phoenix en revisitant un personnage mythique mais aussi plus actuel qu’il n’y parait.

Nous sommes en 1981 à Gotham City. Arthur Fleck est un homme à l’existence misérable. Il vit avec sa mère dans un appartement miteux et arrive difficilement à subvenir à ses besoins en se déguisant en clown dans le cadre de stand-up. L’homme – qui souffre d’un handicap – rêve de devenir comédien et c’est un admiratif de Murray Franklin, un célèbre animateur de late show. Méprisé par la société, déconsidéré et humilié, Arthur est rejeté. Peu à peu, il s’embarque dans une spirale infernale et une folie meurtrière. Arthur s’efface pour laisser peu à peu place à Joker.

801x410_joker-movie-reviews

« Je pensais que ma vie n’était qu’une tragédie. Maintenant, je réalise que c’est une comédie ! » Cette réplique résume très nettement l’ambiance anxiogène qui règne tout au long du film où le spectateur, effaré, assiste à la descente aux enfers d’un homme, déjà bien peu gâté par la vie. Arthur est en effet, un homme qui littéralement sous perfusion d’une société plus violente que jamais. Physiquement, bien sûr, mais aussi et surtout socialement. Il y a un air bien connu de lutte des classes où les riches et bien portants montrent l’étendue de leur puissance et arrogance et les plus modestes étant plus proches de l’état de nature que de l’état de droit. Arthur cumule les tares définies par cette société : c’est un homme seul qui vit avec sa mère, il n’a pas d’amis, il souffre d’un handicap et personne ne le respecte. Comment exister et survivre dans ce monde autrement que par la violence, dans ses conditions ? C’est une succession d’évènements qui feront basculer progressivement Arthur. Il devient Joker parce que la société (du moins une partie de la société), faute de se montrer solidaire et incapable (ou plutôt ne voulant pas) de lui venir en aide, lui a permis de devenir ce personnage froid et psychotique. Joker constitue une menace non parce qu’il est fou mais parce qu’il est la conséquence du cynisme et de l’inaction de notre société.

55be38544164469a5e1a52431ead1

Fort d’une mise en scène impressionnante et d’une interprétation par Joaquin Phoenix remarquable, Joker fait tout simplement sensation et appuie là où cela fait mal. Car si l’action se passe au début des années 1980, on ne peut s’empêcher de faire un lien avec notre époque. Une époque où certains, sûrs de leur statut et de leur place, expriment de plus en plus leur condescendance, voire leur mépris envers les plus fragiles d’entre nous. Sans se douter des conséquences désastreuses à plus ou moins long terme.

e68e6ee03e9256b148e8c3ce7e8eccfd-video-premieres-images-prometteuses-du-joker-de-joaquin-phoenix_0

A se demander si Joker version Todd Philips, n’est pas un film anti-Trump ! 😉

Joker

Un film de : Todd Philips

Pays : Etats-Unis

Avec : Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz, Frances Conroy, Brett Cullen

Genre : Drame

Durée : 2h02

Sortie : le 9 octobre

Note : 18/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s