A peine j’ouvre les yeux : portrait d’une Tunisienne belle et rebelle

La sensualité, la beauté. C’est la première chose qu’on remarque chez Farah, lorsqu’on aperçoit l’affiche du film et qu’on la voit sur grand écran ensuite. Elle occupe l’espace, sa voix est belle, sensuelle quand elle chante la Tunisie, les joies et les peines des gens de sa génération. Nous sommes en 2010. C’est l’été et …