Radio Metronom : libre fréquence

Dans la catégorie, « les grandes expériences cinématographiques », j’appelle le cinéma roumain. Alors attention, je ne suis pas moqueur ou condescendant, bien au contraire ! Le cinéphile que je suis est un cinéphile curieux qui ne se limite pas (et fort heureusement d’ailleurs !) aux grosses productions américaines ou encore aux comédies populaires bien de chez nous, sortant assez régulièrement de sa zone de confort pour découvrir quelque chose de différent. Reste à savoir si cela en valait la peine, mais comme le dit Forrest Gump, « la vie c’est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on tombe ! » 

Nous sommes en 1972, à Bucarest. Anna a 17 ans et vit sous le régime de Nicolae Ceausescu. Comme les jeunes de leur âge, elle n’aspire qu’à une chose : profiter de la vie et de la liberté. Un vœu cependant très pieux en pleine dictature communiste. Seul espace de liberté, écouter Radio Free Europe. Radio Free Europe n’est pas une station comme les autres. Outre le fait de jouer des chansons interdites de leur côté du Rideau de fer, elle diffuse des messages à destinations des peuples du bloc de l’Est qui subissent la domination de l’URSS. Une distraction pour laquelle, Ana et ses amis finissent par payer le prix. Un soir, la Securitate, la police politique et secrète de Ceausescu. Ana et ses camarades sont emmenés au poste. Ils savent qu’ils risquent gros. 

Durant la Guerre froide, écouter de la musique censurée par les différents régimes communistes d’Europe de l’Est était considéré comme un acte de résistance. On pourrait se dire, en toute logique, que cet esprit qui anime Ana et ses camarades, mais ce n’est pas tellement le cas en réalité. Ana, du haut de ses 17 ans, veut tout simplement profiter de la vie et faire preuve d’insouciance. Pour ce faire, cette jeunesse, plutôt studieuse à l’école, se retrouve régulièrement dans ce qu’on pourrait appeler des surprises-parties. On y écoute Zed Lepplin, Les Beatles… en clair, toute une musique sur laquelle on danse mais pas seulement. 

Aussi, lorsque la Securitate débarque à l’une de leurs soirées, ils savent qu’ils risque gros. Écouter de la musique non autorisé, c’est tout simplement défier le régime. Un point de vue qu’Ana et ses amis ne comprennent absolument pas. Alors qu’on les incite à entrer immédiatement dans le rang, ils tentent vaille que vaille de résister et en posant tout simplement les questions qui vaillent. Un combat qui semble perdu d’avance mais qui, d’une certaine manière, est annonciateur de la révolution à venir en Roumanie et au-delà. 

Avec une heure trente au compteur et un sujet pertinent, Radio Metronom avait tout pour séduire sur le papier. Toutefois, le coté soporifique du film et son rythme lent m’ont achevé à plusieurs reprises, faisant que réussir à le voir de bout en bout relève plutôt de l’exploit. Bien dommage quand on sait que ce genre de cinéma se veut sans concession ! 

Radio Metronom (Metronom) 

Un film de : Alexandru Belc

Avec :  Mara Bugarin, Şerban Lazarovici, Vlad Ivanov, Mihai Calin…  

Pays : Roumanie

Genre : Drame

Durée : 1h43

Sortie : 4 janvier 

Note : 9/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s