La Passagère : le (grand) large

Cécile de France fait partie de ces acteurs et actrices belges qui se sont durablement installés dans le cinéma français et qui n’ont plus grand-chose, voire quasiment rien à prouver. La Namuroise de 47 ans est en effet une valeur sure, une valeur sure qui en a fait du chemin depuis L’Auberge espagnole, où je l’ai découvert pour la première fois. 

Malgré son naturel plutôt discret, c’est toujours un plaisir de la retrouver sur grand-écran, incarner des personnages ordinaires mais au bout du compte, crédibles et dans lesquels chacun peut s’identifier notamment dans le film où elle tient actuellement l’affiche. Nous sommes sur la côte Atlantique. Chiara, une Belge de 45 ans vit sur une île avec Antoine, son mari. C’est un couple heureux qui exerce ensemble le métier de marin-pêcheur. Chiara est heureuse, elle aime son mari et sa terre d’adoption qu’elle ne laisserait pour rien au monde. Un jour, elle engage Maxime, un  jeune d’une vingtaine d’années en tant qu’apprenti. Son arrivée va progressivement bousculer les certitudes de Chiara, elle qui pensait avoir une vie tout à fait réglée et épanouie. 

Chiara est une femme qui aime son métier, ses amis et sa région d’adoption. En clair, un équilibre parfait qui est progressivement remis en question lorsque débarque Maxime. A la différence de Chiara, Maxime a la vingtaine, ne sait pas trop ce qu’il veut faire dans la vie et de sa vie, et vit plutôt les choses sans se poser de question. Très vite, Chiara est intriguée par le caractère de son apprenti, à la fois jeunot mais d’un autre côté mature, en tout cas suffisamment pour que l’attirance et le rapprochement prennent vite le dessus. 

Une situation qui en fait toutefois jaser plus d’un, d’autant que sur une île, tout se sait plus ou moins. Certains ne voient, en effet, pas d’un bon œil, cette relation naissante entre une chef et son apprenti, mais disons franchement les choses entre une femme plus mature et un jeune homme. Charia est pointée du doigt, c’est limite immoral, d’autant qu’elle est mariée. Toutefois, plutôt que de renoncer, Charia n’entend pas se plier. Ce n’est pas un acte de résistance ou un quelconque doigt d’honneur qu’elle fait à certains, c’est juste qu’elle ne sait pas trop ce qui lui tombe soudainement dessus. Cette attirance pour son apprenti, elle est arrivée comme ça, sans doute un moyen pour lui dire que la vie est loin d’être figée et qu’elle peut encore nous réserver des surprises, quitte à jouer avec nos certitudes. 

Avec une durée correcte et un rythme qui l’est tout autant, La Passagère met en valeur une Cécile de France touchante, fragile mais aussi digne face au jeune Félix Lefebvre qui s’était déjà distingué dans Été 85. Une histoire qui nous invite à prendre le large et à vivre ses choix, notamment les plus inattendus. 

La passagère

Un film de : Héloïse Pelloquet

Avec : Cécile de France, Félix Lefebvre, Grégoire Monsaingeon, Jean-Pierre Couton, Imane Laurence, Josée Lambert, Ghislaine Girard… 

Pays : France

Genre : Romance, Drame

Durée : 1h35

Sortie : 28 décembre 2022

Note : 13/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s