Le Parfum Vert : une atmosphère hitchcockienne

Je le dis assez régulièrement sur ce blog, je suis un fan de Vincent Lacoste, enfin disons que c’est un acteur que j’apprécie et c’est tout naturellement que je pars découvrir ses nouveaux projets au cinéma. Il faut dire que l’acteur de 29 ans (déjà ? ^^) en a fait du chemin depuis Les Beaux Gosses, tellement qu’il est désormais un habitué du grand écran et de tous les genres. S’il a fait rire ou nous a ému, il s’essaie dans le polar et le policier avec Le Parfum vert qui nous plonge assez nettement dans une ambiance qui fleure bon le cinéma d’Alfred Hitchcock. 

Nous sommes à Paris, à la Comédie française. Martin, un des pensionnaires, joue ce soir-là. Alors que la représentation bat son plein, il assiste impuissant à la mort d’un des comédiens sur scène. Juste avant de rendre l’âme, ce dernier révèle qu’il a été assassiné par Le Parfum vert, une organisation secrète et complotiste. Témoin direct du meurtre, il est poursuivi par la police mais également par les commanditaires. Aidé de Claire, une dessinatrice de BD, Martin tente d’élucider le mystère qui se cache derrière Le Parfum vert, à travers une enquête qui le mène à Bruxelles, puis Budapest. 

Le Parfum vert est, tout d’abord, un hommage, un hommage fait au cinéma des années 1950 et plus particulièrement aux films d’Alfred Hitchcock. C’est notamment le cas sur l’affiche du film qui reprend les codes de l’époque jusqu’au graphique mais aussi dans l’intrigue comme dans son déroulement. Martin est un jeune homme sans histoires et au bout du compte ordinaire, qui se trouve, bien malgré lui au mauvais endroit, au mauvais moment. Aussi, lorsqu’il tombe nez à nez avec l’un des dirigeants du Parfum vert, il ne comprend pas trop ce qu’il lui arrive et surtout ce que cette organisation lui veut. D’autant qu’il ne peut pas compter sur grand monde notamment prouver son innocence mais aussi démasquer les ou les coupables. 

Un combat assez audacieux d’autant que Martin est un jeune homme qui reste dépassé par les évènements. Martin, c’est un peu un anti-héros ordinaire qui n’a rien demandé mais qui, brutalement, doit percer un mystère. C’est un peu David contre Goliath et Martin devra faire preuve de pragmatisme mais aussi de courage comme de dépassement de soi pour affronter Le Parfum vert et démanteler ce réseau criminel. 

Si le film rend hommage, comme je l’ai écrit plus tôt, il n’évite pas certaines lenteurs et surtout certains écueils rendant Le Parfum vert divertissant, sympathique mais sans plus. Si les thèmes évoqués ont de leur pertinence – les organisations secrètes, la lutte contre les infox ou le complotisme – on ne peut que regretter un côté plan-plan et au final prévisible retirant au long-métrage de Nicolas Pariser, tout effet de surprise. Comme si le résultat était connu d’avance et que c’était fait pour, ce qui n’est guère étonnant lorsqu’on fait un hommage, mais qui fait qu’on tourne assez vite en rond, ce qui est bien dommage ! 

Le Parfum vert

Un film de : Nicolas Pariser

Avec : Sandrine Kiberlain, Vincent Lacoste, Rüdiger Vogler, Léonie Simaga, Arieh Wothalter… 

Pays : France

Genre : Comédie, Policier

Durée : 1h42

Sortie : 21 décembre

Note : 11/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s