Corsage : Sissi, impératrice et femme face à son destin

L’impératrice Élisabeth d’Autriche, plus connue sous le nom de Sissi, est un personnage qui a fasciné et ne cesse encore de fasciner le 7ème art, on ne compte plus le nombre d’adaptations consacré au destin à la fois fabuleux mais aussi tragique (enfin plus tragique que fabuleux) de cette femme à la personnalité contrastée. 

Autant dire que Vicky Krieps n’avait pas la tâche facile ! L’actrice luxembourgeoise, qu’on n’a pas mal vu en 2022, campe le rôle principal d’une femme qui peine à exister au sein de la monarchie autrichienne. Nous sommes en décembre 1877, à la Veille de Nöel. Sissi va avoir 40 ans et on sent qu’elle n’est pas heureuse. Plutôt, elle étouffe dans son statut d’impératrice, mais également d’épouse, de mère et de sœur. Lassée des conventions, des règles officielles mais aussi des non-dits, elle tente d’échapper à son image, en se rebellant de plus en plus. Une attitude audacieuse mais qui reste à double-tranchant. 

Corsage, un titre au double-sens évocateur qui résume bien la situation dans laquelle se trouve Sissi, une femme qui étouffe littéralement dans ce sous-vêtement bien encombrant qui vous compresse la poitrine mais également dans une cour impériale très codifiée et assez refermée sur elle-même. Sissi est une femme qui subit les choses, le carcan d’une société et d’une famille qui ne cesse de l’étouffer à commencer par son époux, François-Joseph. Sissi est une femme qui doit se comporter comme une épouse modèle, c’est-à-dire qui se contente de représenter la couronne et (surtout) de rester à sa place, et nul d’autre ! 

Un statut, en pure logique, difficilement acceptable voire totalement inacceptable pour Elisabeth qui a besoin justement de sortir de ce carcan, pour s’exprimer et surtout respirer, au sens propre comme figuré. La Sissi de Marie Kreutzer et de Vicky Krieps, c’est une Sissi qui veut casser les codes et être dans la transgression, non pas pour le plaisir de le faire, mais par acte militant. Certains diront qu’elle est féministe, c’est un point de vue qui se vaut, mais ce n’est pas sans doute pas l’angle d’attaque du film à mon sens. 

Toujours est-il que Sissi compte bien s’émanciper. Toutefois est-ce vraiment possible dans l’Autriche-Hongrie de la fin des années 1870 ? Poser la question, c’est un peu y répondre et la jeune femme l’apprendra à ses dépens. Pour mieux effectuer une sorte de fuite en avant ?

Film pertinent niveau mise en scène, Corsage se permet quelques anachronismes avec notre temps, histoire de nous signifier que le combat de Sissi demeure actuel. Assez audacieux mais pas suffisant pour compenser (du moins en partie), le côte soporifique d’une histoire dans laquelle on tourne parfois en rond. Dommage d’autant que Vicky Krieps incarne avec justesse et réalisme, une Sissi plus sombre et surtout plus lucide quant à son condition et surtout son destin.

Corsage

Un film de : Marie Kreutzer

Avec : Vicky Krieps, Florian Teichtmeister, Katharina Lorenz, Jeanne Werner, Finnegan Oldfield… 

Pays : Autriche

Genre : Biopic, Drame, Historique

Durée : 1h54

Sortie : 14 décembre

Note : 8/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s