Mon Héroïne : un rêve plein la tête

« Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? » 

Cette phrase, elle nous a été posée au moins une fois à l’école par notre instit. Une question à laquelle on donnait des réponses plus ou mignonnes, plus ou moins insolites. Toujours est-il que derrière se cachait souvent une certaine candeur. 

Prenez le cas d’Alex. Depuis ses dix ans, elle rêve de faire des films avec son idole de toujours, Julia Roberts. C’est simple, elle a vu tous ses long-métrages. Pretty WomanErin BrockovichMange, prie, aime… bref, la jeune femme est en admiration pour l’actrice au point qu’une fois le bac en poche, elle a l’opportunité de quitter Rouen et sa Haute-Normandie natale pour New-York et une prestigieuse école de cinéma. Un rêve qui lui échappe toutefois en raison d’un horrible coup du sort. Loin d’être abattue et surtout refusant le destin qui semblait lui être tracé (à savoir une simple fac d’économie), Alex décide de prendre un billet d’avion, direction la Grosse Pomme et la boite de production de Julia Roberts afin de lui présenter un script. Dans son idée folle, elle embarque avec elle, sa tante mais aussi sa mère qui la rejoint bien malgré elle. Une aventure qui, loin d’être anodine, les rapprochera davantage et changera leur vie. 

Mon héroïne est tirée d’une histoire vraie, celle de la réalisatrice Noémie Lefort, qui en 2001 n’a pas hésité, du haut de ses 21 ans et diplôme en poche, à traverser l’océan Atlantique pour tenter de remettre son script à Julia Roberts. Pour tenter pareille aventure, il faut être sacrément gonflée, inconsciente ou tout simplement déterminée pour penser qu’on arrivera à atteindre celle qu’on considère comme une idole. Il y a un peu des trois chez Alex, cette jeune femme qui, tout juste bachelière, tente de réaliser son rêve. Toutefois, ce n’est pas forcément une sinécure et la réalité de la vie la rattrape aussitôt. 

Qu’à cela ne tienne, Alex ne veut rien lâcher et ce n’est pas dans son caractère. Elle pense et vie ciné, elle pense et vie Julia Roberts. Une façon aussi de s’affirmer notamment par rapport à sa mère qui est du genre à la protéger voire la surprotéger. Il faut dire qu’elle ne prend plus tellement de temps pour elle, depuis qu’elle s’est séparé du père d’Alex, se concentrant quasi-exclusivement sur sa fille. Lorsqu’elle apprend que cette dernière s’est envolée pour les Etats-Unis, c’est instinctivement qu’elle prend elle-aussi l’avion pour retrouver sa fille comme si elle devait la protéger. 

C’est sans se douter que ce road trip totalement improvisé marque l’occasion pour la mère et la fille, aidée de la tante Juliette, de se retrouver mais aussi passer une nouvelle étape dans leur vie. Quel que soit l’issue, cette escapade new-yorkaise ne peut qu’être bénéfique pour Alex comme pour Mathilde, avec immanquablement un avant et un après. 

Porté par Chloé Jouannet et comprenant quelques caméos sympas, Mon héroïne se veut drôle, attachant et n’est pas avare en surprises. Finalement, la question n’est pas de savoir si Alex a rencontré Julia Roberts (pour le savoir, vous savez ce qu’il vous reste à faire ^^) mais si ce voyage lui a permis d’avancer. Poser la question, c’est y répondre ! 

Mon héroïne

Un film de : Noémie Lefort

Avec : Chloé Jouannet, Pascale Arbillot, Louise Coldefy, Brigitte Fossey, Firmine Richard, Zoé Schellenberg, Tricia Merrick… 

Pays : France

Genre : Comédie

Durée : 1h45

Sortie : 14 décembre

Note : 16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s