Le cinéma est-il (vraiment) trop cher ?

En promo, il y a quelques jours pour son nouveau film, Citoyen d’honneur, Kad Mérad a poussé un cri d’alarme à propos de la fréquentation des salles de cinéma. Pour l’acteur, la situation n’est tout simplement pas réjouissante, elle est même inquiétante et le salut passerait par un plafonnement du prix des tickets, seul moyen efficace pour les gens retournent dans les salles obscures. 

Il faut dire que les multiplex et autres lieux indépendants continuent à être à la peine, malgré un quasi-retour à la normale après deux années marquées par la COVID et autant de pertes sèches, voire très sèches. Cet été, malgré la présence de blockbusters comme Thor : love and thunder et de films d’animations comme les Minions 2, les cinés de France et de Navarre galèrent encore à retrouver leur niveau de 2019. Un marasme qui en dit long et dont une des causes se situeraient selon certains dans un droit d’entrée assez prohibitif, surtout au vue de l’offre proposée qui n’est loin d’être alléchante surtout du côté du cinéma français. A ce rythme, et dans un contexte accru de baisse marquée du pouvoir d’achat, nombreux sont les gens qui y réfléchissent à deux fois avant de débourser une place ou préfèrent s’orienter vers le SVÀD. 

Le cinéma est-il trop cher ? Pire, est-il vraiment trop cher ? Cela fait des années que je m’interroge personnellement et pour vous dire je n’ai pas de réponse toute faite. C’est, de fait, une question de point de vue et de ressenti en fonction des bourses, bien sûr, mais surtout du rapport que vous avez avec le grand écran. Pour quelqu’un qui se rend très occasionnellement au cinéma ou qui s’y rend en famille, le ciné restera toujours trop cher pour ce qu’il est, à savoir une programmation insipide et des séances dans lesquelles, certains brillent par leur incivisme. Pour le cinéphile que je suis en revanche, je perçois les choses différemment. Le cinéma a, il est vrai, un coût, celui de 21,90 euros/mois, si je me tiens à mon seul abonnement UGC Illimitée. Un coût qui me permet, comme son nom l’indique de découvrir une myriade de films et d’aller une faire une toile quand je veux, bien mieux rentable qu’un ticket au prix coutant (plutôt plein tarif) 

D’autant que la gamme tarifaire est bien plus large qu’on pourrait le penser. Outre les abonnement illimité, notons également des prix et réductions spécifiques pour les moins de 14 ans, les moins de 18 ans, les moins de 26 ans, les personnes en recherche d’emploi, les cartes SOLO disponibles via les comités d’entreprise sans oublier les cartes de 5, 7, 10 ou 20 places qui permettent d’obtenir des tickets de façon dégressive. Notons également que les collectivités territoriales contribuent également au financement des billets en appliquant aussi des tarifs spéciaux tout comme les cinémas indépendants. A cela n’oublions pas les opérations spéciales comme le Printemps et la Fête du cinéma qui chaque année, fin mars et début juillet, proposent un tarif exceptionnel de 3,5 euros/la séance, l’idée étant d’attirer et de fidéliser un public qui d’habitude va occasionnellement ou peu voire assez peu au cinéma. Avec toute cette galaxie, difficile probablement pour le spectateur lambda de s’y retrouver mais en cherchant bien, il finit toujours par trouver chaussure à son pied. 

Tarifs (-14 ans et normal) dans les cinémas parisiens

Ce qui est bien dommage d’ailleurs car c’est ce manque criant d’information qui contribue à installer l’idée chez nombre de gens que le cinéma est trop cher, du moins pour ce qu’il est et élitiste qui plus est. Encore une fois, c’est une question de point de vue et de rapport qu’on a avec le cinéma. Aussi, plafonner le prix du ticket d’entrée comme le suggère Kad Merad paraît bien compliqué, sans compter que derrière le billet se trouve tout un écosystème qu’il serait compliqué de bousculer sans heurts. Toutefois rien n’empêche de simplifier cette grille tarifaire pléthorique et surtout de communiquer dessus. Après tout, la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) n’avait pas hésité, il y a quelques années, à promouvoir le billet de ciné à 4 euros pour les moins de 14 ans ! 

Plus que la question du prix en elle-même, se pose celle de la façon de réenchanter les salles obscures, un véritable enjeu. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s