Le Visiteur du futur : Course contre le temps

On nous le dit assez régulièrement, tous nos gestes qu’ils soient anodins ou non (surtout s’ils sont anodins) peuvent avoir des conséquences plus ou moins importantes dans un futur proche ou lointain, c’est ce qu’on appelle « l’effet papillon ». Le plus souvent, ce que l’on pense comme anecdotique est l’origine d’un bouleversement majeur par la suite et bien évidemment, il est un peu trop tard pour revenir en arrière… sauf si une mystérieuse personne venue du futur vous prévient in extremis ! 

Nous sommes en 2555. La Terre est menacée par l’apocalypse. En effet, un énorme nuage radioactif se dirige tout droit dans un Paris dévasté. Tous les soixante-ans, il tue la moitié de la population et les derniers survivants sont particulièrement exposés. Le dernier espoir repose sur un homme, appelé Le Visiteur. Il est capable de remonter le temps et avec l’aide de ses compagnons, il peut changer le cours des évènements en revenant à la source. Direction 2022 pour empêcher Gilbert Alibert, député de Moselle, de signer un accord ouvrant la voie à la construction d’une centrale nucléaire dans sa circonscription. Une mission facile sur le papier à un détail près : la Brigade temporelle, une sorte de police du temps, veille au grain. Sa mission : faire en sorte que rien ne change et que les choses suivent leur cours même si l’issue est en tragique. Une véritable course contre la montre débute alors débute alors pour le Visiteur mais également Alice, la fille de Gilbert Alibert qui se retrouve embarquée dans cette histoire incroyable. 

Le Visiteur du futur est tiré de la web-série éponyme qui a fait la joie de Dailymotion durant plusieurs années, à tel point qu’une déclinaison sur grand écran s’est progressivement imposée. Je n’ai pas eu l’occasion de découvrir l’intégralité du format mais quelques épisodes m’ont convaincu pour que je comprenne (un peu) le délire et que je découvre un peu plus par la suite. Si le film reprend, en effet, la trame initiale de la web-série et intègre les personnes (et interprètes) originaux, il en introduit de nouveaux notamment Arnaud Ducret et Enya Baroux, faisant de la version ciné, une suite certes mais suffisamment indépendante pour que le spectateur novice ne se soit pas largué en route. 

L’enjeu est en réalité ailleurs et il se trouve dans le synopsis qui derrière sa simplicité pose plusieurs questions pertinentes notamment sur notre comportement actuel et les conséquences sur les générations futures. Cela a l’air anodin mais lorsque Gilbert Alibert approuve la centrale, il ne se trouve pas qu’il y aura une série d’évènements qui conduiront à 2555. Aussi, si le Visiteur peut corriger nos erreurs, c’est aussi pour nous prévenir, c’est un peu notre mauvaise conscience. Un jeu cependant qui n’est pas sans risque, modifier le cours du temps pouvant avoir des effets inattendus, ce qui oblige la Brigade temporelle à interagir, au nom d’un ordre des choses à régler. Le temps doit demeurer immuable, chacun doit connaître sa destinée et il faut l’accepter. Deux visions s’affrontent donc, avec leurs pertinences et leurs arguments. 

C’est toute une réflexion philosophique qui se trouve dans ce film assez divertissant et qui arrive à nous surprendre, d’autant que je ne suis pas un fan absolu de science-fiction ! ^^’ 

Le Visiteur du futur

Un film de : François Descraques

Avec : Florent Dorin, Arnaud Ducret, Enya Baroux, Raphael Descraques, Slimane-Baptiste Berhoun, Kyan Khojandi…

Pays : France

Genre : Science-Fiction, Comédie

Durée : 1h42

Sortie : 7 septembre

Note : 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s