Doctor Strange in the multiverse of madness : Saut(s) dans l’inconnu

Les studios Marvel continuent à déployer la phase IV du Marvel Comics Universe (MCU) et pour être honnête, j’ai un peu de mal à m’enthousiasmer depuis le final d’Avengers : Endgame, magnifique conclusion de la phase précédente. Non pas ce que cela soit nul (c’est tout de même un Marvel !) mais difficile de faire mieux. 

Malgré tout, c’est toujours un plaisir de passer un bon moment devant un Marvel et cette fois-ci, c’est le docteur Strange qui s’y colle à nouveau. Nous sommes quelques mois après les évènements de Spider-Man : no way home. Stephan Strange fait, toutes les nuits et depuis un moment, un étrange rêve lié au multivers. Un jour, alors qu’il participe au mariage de Christine Palmer, son ancienne compagne, il tombe sur la jeune America Chavez. America a un don, celui de pouvoir passer d’un multivers à un autre. Afin de mieux comprendre le fonctionnement et la dangerosité de ces réalités alternatives, Stephen part à la rencontre de Wanda Maximoff, devenue la Sorcière rouge. Wanda s’intéresse également à America et veut récupérer son pouvoir pour retrouver ses enfants. Perçue comme une menace, Docteur Strange doit protéger America. Avec l’aide du Sorcier Suprême Wong, il embarque dans le multivers où il fait face à plusieurs réalités et à plusieurs versions de lui-même. 

Le multivers. Un espace fascinant, vertigineux mais également dangereux. Surtout dangereux. Stephen Strange en avait eu une première expérience lorsqu’il était venu en aide à Peter Parker, alias Superman, avec la base, une simple requête de l’homme-araignée. Une demande somme toute banale dont personne n’a mesuré les conséquences et tout particulièrement le Docteur. Aussi, lorsque Strange veut en savoir un peu plus, il ne sait pas dans quoi il embarque. Celle qui pensait être son allié se transforme en une ennemie incontrôlable au pouvoirs redoutables et ceux qu’ils pensaient être ses adversaires se révèlent des alliés précieux. Le multivers change tout, il change la perception, il change les règles du jeu, il change les certitudes. 

Pour venir à bout de son nouvel adversaire, le docteur devra faire preuve de malice mais aussi de lucidité en particulier sur lui-même. Comme si le multivers lui permet de connaître toutes les facettes de sa personnalité, de plus noble à la plus sombre. 

Divertissant et de bonne facture pour un Marvel, Docteur Strange in the multiverse of madness se défend plutôt pas mal et se paie même le luxe de nous réserver quelques (bonnes) surprises. Décidément, grâce au multivers (ou à cause c’est selon), tout est (vraiment) possible ! 

PS : ah et comme toujours, on ne lève pas au générique de fin (surtout pour découvrir les deux scènes supplémentaires, qui nous en disent long… ou pas !)

Doctor Strange in the multiverse of madness 

Un film de : Sam Raimi

Avec : Benedict Cumberbatch, Elizabeth Olsen, Chiwetel Ejiofor, Xochitl Gomez, Rachel McAdams, Patrick Stewart… 

Pays : États-Unis

Genre : Action, Aventure, Fantastique

Durée : 2h07

Sortie : 4 mai

Note : 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s