Miss Marx : l’héritière et la militante oubliée

Karl Marx. Inutile de vous le présenter, je pense que tout le monde sait de qui il s’agit (quoique…). Le célèbre philosophe allemand est avec Frederich Engels celui qui a inspiré la pensée communiste, une référence  pour encore de nombre de militantes et de militantes de gauche. 

Si Karl Marx est mondialement connu et que son héritage demeure encore en vie (du moins dans la pensée et la réflexion), peu de monde se souviennent de sa fille, Eleonor, la benjamine. Nous sommes en 1883 à Londres. Eleonor, surnomée Tussy, a 28 ans et son père vient de mourir. Très proche de lui mais également d’Engels, son compagnon de route, elle entend bien reprendre le flambeau du socialisme et de la lutte pour le droit des travailleurs contre l’exploitation des puissants. A ce titre, elle doit justement se rendre à New-York pour visiter une usine textile et constater par elle-même la condition des ouvrières. Féministe accomplie et assumée, sa vie bascule lorsqu’elle rencontre Edward Aveling. Homme séduisant, cultivé et bien né, il n’en demeure pas moins un fervent défenseur des idées socialistes. Eleonor et Edward devraient en toute logique se trouver et militer ensemble pour leur idéal. C’est sans compter sur une certaine désillusion à la fois sur le plan des idées mais aussi sur un plan un peu plus personnel, menant progressivement au tragique.

Eleonor Marx Aveling était une pionnière en son genre. Cultivée, frondeuse, intelligente, belle, féministe, elle était surtout libre et elle le revendiquait. Pour elle, l’émancipation ne pouvait que passer par l’aboutissement et l’accomplissement des idées socialistes, ce qui était également valable pour l’émancipation féminine. Toute sa vie, Eleonora alias Tussy fera de cet idéal, sa boussole, sa raison d’être, ayant toujours en référence son père bien sûr, mais également Engels. 

Un idéal qui se confronte toutefois à la réalité. Tout d’abord, celles des travailleuses et des travailleurs qui subissent l’hégémonie du grand capital. Eleonor ne comprend pas pourquoi celles et ceux qui produisent la richesse ne peuvent en bénéficier en particulier les femmes. Si Eleonor s’affirme comme libre, elle est également rattrapée par d’autres réalités, celle des histoires et secrets de famille mais également sa relation Edward Aveling. Elle qui veut s’émanciper comprend, par les frasques et les incohérences de son compagnon, que la désillusion n’est jamais loin et que tout a un prix. 

Miss Marx avec sa bande annonce un peu punk avait tout pour me séduire. Malheureusement son rythme et quelques passages assez peu pertinents font que j’ai pas mal piqué du nez durant une bonne partie de la projection. Dommage parce que la vie d’Eleonor mérite effectivement d’être davantage connue afin justement qu’elle retrouve toute sa place dans l’Histoire. 

Miss Marx

Un film de : Susanna Nicchiarelli

Avec : Romola Garai, Patrick Kennedy, John Gordon Sinclair, Felicity Montagu, Karina Fernandez, Emma Cunniffe… 

Pays : Italie

Genre : Biopic, Drame

Durée : 1h48

Sortie : 4 mai

Note : 10/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s