Les SEGPA : les « darons » au collège

Aller au ciné, c’est aussi faire des expériences et parfois, ne pas trop me prendre le chou, en particulier après une journée de travail. Une sorte de soupape avant de retrouver ma femme et mes deux enfants. L’occasion de découvrir des films sans prise de tête, pour lesquels vous ne demandez qu’une seule chose : vous divertir. C’est ainsi que je suis tombé sur une histoire simple (voire très simple), celle des SEGPA. 

Nous sommes à Marseille. Ichem et ses camarades sont en SEGPA, une classe spécialisée. L’école, ce n’est pas tellement leur truc et on ne peut pas dire qu’ils soient particulièrement éveillés. Pendant faire une année supplémentaire dans leur établissement, les voilà priés de quitter les lieux. Direction, le prestigieux lycée-collège Franklin D. Roosevelt où la jeunesse dorée marseillaise s’épanouit. Une chance pour les SEGPA ? Oui, à un détail près. Soucieux de préserver la réputation de son école, le principal accepte bel et bien d’accueillir ces nouveaux élèves… pour mieux les virer la rentrée suivante, après s’être assuré d’avoir récupéré les aides de la région. 

SEGPA pour Section d’enseignement général et professionnel adapté, soit un cursus spécial pour des élèves en retard dans leur cursus scolaire, souvent la dernière carte avant l’échec scolaire. Il faut dire que Ichem, Walid, Kader, Charly et les autres ne sont pas trop fans du collège, ayant redoublé un nombre de fois incalculable au point où on se demande ce qu’ils font encore en cours. C’est sur le ton de l’humour et de la dérision que les frères Bougheraba ont répondu à cette interrogation légitime, dans le prolongement de la websérie du même nom. 

Pour que le ridicule prenne, rien de mieux que d’emmener nos jeunes (adultes) dans un établissement huppé, la crème de la crème avec taux de réussite au brevet et au bac démentiel. A Frankiln D. Roosevelt, on est « ambiance Californie », les élèves s’épanouissent dans des clubs et on développe l’esprit d’équipe lors des matchs de football américain. Vous vous dites qu’on est dans un épisode très caricatural de Beverly Hills ou pour les moins de trente ans, de Riverdale ? C’est exactement le but recherché ! Roosevelt, c’est la haute, la future élite et cette réalité, on ne va pas manquer de le rappeler à nos élèves SEGPA.

Une façon assez subtile d’évoquer la carte scolaire ou encore la question de la mixité sociale à travers des individus dont on craint que leur simple présence risque de dévaluer la réputation et la valeur de l’établissement, ce qui n’empêche pas de jouer faussement la carte de l’ouverture, quitte à être volontiers ridicule. Sur le point, le proviseur de l’établissement mais également le conseiller principal d’éducation (CPE) ne manquent aucune case, histoire de mieux nous faire comprendre que les plus abrutis ne sont pas forcément ceux que l’on pense ?

Film pas vraiment fou, les SEGPA ne sont pas non plus une daube sans nom, d’autant que derrière la caricature bien poussée (le plus souvent jusqu’aux limites du ridicule), il y a bel et bien des messages véhiculés. Un film pour la détente, je vous le confirme dans lequel vous aurez le plaisir de voir Emma Smet (la petite-fille de vous savez qui), c’est toujours ça de pris ! 

Les SEGPA

Un film de : Ali et Hakim Boughéraba

Avec : Ichem Bougheraba, Walid Ben Amar, Arriles Amrani, Inès Boukhelifa, Anthony Pinheiro, Emma Smet… 

Pays : France

Genre : Comédie

Durée : 1h39

Sortie : 20 avril 

Note : 11/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s