Notre Dame brûle : la Cathédrale infernale

Porter sur grand écran un événement récent (pour ne pas dire très récent) est un exercice qui n’est pas toujours facile à réaliser, le recul étant de rigueur. Pour info, le cinéma américain (à une exception près) a commencé à s’intéresser au 11 septembre, cinq ans après les tragiques et Novembre, le prochain film de Cédric Jimenez qui reviendra sur la traque du commando djihadiste du 13 novembre 2015 sortira sept ans après les horribles évènements. 

C’est un exercice d’autant plus difficile à réaliser lorsque le sujet ne concerne pas des gens mais un monument, à savoir la cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est pourtant le défi qu’a voulu relever Jean-Jacques Annaud dans Notre Drame brûle qui, comme son titre l’indique, revient sur l’incendie qui a ravagé la cathédrale, il y a pratiquement trois ans. 

Le synopsis se veut simple, voire très simple. Nous sommes le 15 avril 2019, en fin d’après-midi. D’importants panaches de fumée s’échappent de la Cathédrale et sont visibles des kilomètres à la ronde. On comprend assez vite que Notre-Dame est en feu, l’évènement est même planétaire. C’est le branle-bas le combat, plusieurs unités de sapeurs-pompiers se dirigent sur les lieux pour tenter de venir à bout de l’incendie. Durant près de deux heures, Jean-Jacques Annaud revient sur l’opération sauvetage d’un édifice plus que millénaire dans laquelle une véritable course contre la montre fut engagée. 

Notre-Dame brûle est un curieux patchwork. A la fois documentaire, fiction, docu-fiction se basant sur des faits réels, film plus conventionnel avec des dialogues, blockbuster… le film de Jean-Jacques Annaud est à la croisée de tous les genres cités. Cela a ses avantages comme ses inconvénients tant il est au fond difficile pour ne pas dir impossible de trancher. Preuve de ce qu’on avance, ce souci du réalisme chez le réalisateur qui mélange prises de vue réelles et images d’archives non pas seulement de la Cathédrale en décomposition bien sûr mais aussi des passants assistants impuissants à la tragédie sans oublier les responsables politiques qui courent au chevet de la blessée. C’est ainsi, par exemple, que l’on trouve Emmanuel Macron, Édouard Philippe – Premier ministre au moment des faits – mais également Anne Hidalgo, la maire de Paris qui se paie le luxe de jouer son propre rôle, côté fictionnel ! 

Malgré ce curieux mélange et un dénouement connu de tous (à l’instar du Titanic), Jean-Jacques Annaud réussit un tour de force. Celui d’ajouter un part d’incertitude, de suspense et même de comique (si, si) dans un projet qui joue avec les codes du film catastrophe. A l’instar de la Tour Infernale, le spectateur se trouve au cœur du foyer, de Notre-Dame assiégée et consumée par les flammes. En face, les pompiers, ces héros du film qui mènent un combat dantesque, voire inégal mais un combat qui comptent bien l’emporter. 

Résultat des courses, un film qui se lit comme un documentaire et un documentaire qui se regarde comme un film. C’est un façon d’innover mais qui n’est pas inintéressante en soi ! 😉 

Notre Dame brûle 

Un film de : Jean-Jacques Annaud

Avec :  Samuel Labarthe, Jean-Paul Bordes, Mikaël Chirinian, Jérémie Laheurte, Dimitri Storoge, Xavier Maly, Chloé Jouannet, Pierre Lottin…  

Pays : France

Genre : Drame

Durée : 1h50

Sortie : 16 mars 

Note : 13/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s