Trois fois rien : réinsertion(s)

Vivre dans la rue. Un « exercice » que tout le monde redoute, signe de déchéance sociale et même humaine. D’autant qu’on peut facilement basculer du mauvais côté, tant les causes sont multiples (alcool, perte d’emploi, dépression, rupture sentimentale…)

Aussi, lorsqu’une opportunité inattendue vous est offerte pour sortir de cette situation, on ne sait pas trop quoi faire. C’est le cas de Brindille, Casquette et la Flèche. Tous trois sont SDF depuis un certain nombre d’années. Leur quotidien se résume à faire la manche et à vivre au jour la jour. Une vie misérable mais qui n’a que de mauvais côtés. Un soir, ils jouent au loto et là c’est le choc. Ils viennent de remporter plus de 275 000 euros. Cette somme considérable est le sésame pour qu’une vie meilleure, une vie nouvelle. Encore faut-il pouvoir jouir de cette somme et c’est là que les choses se compliquent. Sans-abri, ils n’ont pas d’adresse, et donc pas de justificatif de domicile pour ouvrir un compte, empocher l’argent et trouver un toit. Toutefois, ce n’est rien par rapport à ce qui les attend après ces années passées dans la rue. 

Le plus dur lorsqu’on est sans-abri, ce n’est pas de vivre dans la rue, c’est l’après lorsque vous êtes en voie de réinsertion. C’est tout le défi pour nos trois protagonistes qui voient leur vie basculer du jour au lendemain grâce à un numéro coché par mégarde par La Flèche. Une mégarde qui leur ouvre la porte vers une réinsertion, l’espoir d’avoir une vie un peu plus digne et de meilleures perspectives. C’est notamment le souhait de Brindille alias Nicolas, un Canadien installé en France depuis des années mais qui s’est retrouvé SDF suite à une rupture amoureuse l’ayant conduit à une dépression puis à une perte d’emploi, ce qui a accéléré sa descente aux Enfers. A la différence de ses deux comparses, c’est celui qui a (encore) les pieds sur Terre, celui qui se montre encore raisonnable, là où Casquette et La Flèche, alias Francis, sont moins terre à terre, voire nonchalants. 

Cette situation ne sera pas de tout repos, elle provoquera même des tensions entre nos trois amis, en particulier entre Brindille et Casquette. Si le premier compte bien sur le gain du Loto pour rebondir et reprendre contact avec ses enfants, malgré ses appréhensions et ses doutes, c’est en revanche un peu plus compliqué pour le second. Vivre dans la rue, ce sont des habitudes qu’on prend et cela vous oblige à la débrouille, n’ayant guère le choix si vous voulez vous en sortir. Or, en retrouvant un toit et de quoi subvenir à ses besoins, Casquette ne risque-t-il pas de perdre pied ? Surtout, ne risque-t-il pas d’être en décalage avec Brindille ? 

Porté par Philippe Rebbot, Côme Levin et Antoine Bertrand – cet acteur québécois qui commence à se faire repérer dans l’Hexagone – Trois fois rien est à la fois drôle, divertissant mais aussi mélancolique, rappelant une fameuse maxime : « l’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue beaucoup. »

Trois fois rien

Un film de : Nadège Loiseau

Avec :  Philippe Rebbot, Antoine Bertrand, Côme Levin, Émilie Caen, Nadège Beuasson-Diagne… 

Pays : France

Genre : Comédie

Durée : 1h38

Sortie : 16 mars 

Note : 15/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s