The Batman : le retour (gagnant) du justicier ?

Adapter les super-héros au cinéma, c’est le b.a.-ba, la base même du 7è art. C’est en toute logique et tout naturellement que les comics ont trouvé un débouché sur grand écran et que les personnages principaux qui les symbolisent incarnés maintes et maintes fois. 

L’homme chauve-souris, plus connu sous le nom de Batman n’échappe pas à la règle, tellement ce que depuis les années 2000, nous en sommes, grosso modo, à troisième adaptation. Après la période Christopher Nolan, Zack Snyder (à travers Batman v. Superman et Justice League), c’est à Matt Reeves à qui il revient la lourde tâche de porter à l’écran les aventures du justicier le plus énigmatique mais également le plus sombre.

Nous sommes à Gotham City, de nos jours. Don Mitchell Jr, maire de la ville, est sauvagement assassiné par un tueur en série qui se fait appeler le « Riddler ». Dépassé, et se méfiant de ses collègues probablement corrompus, le lieutenant James Gordon fait appeler à Batman, un mystérieux justicier masqué. Batman, alias Bruce Wayne, un homme d’affaires milliardaire, part enquêter dans la pègre de Gotham City où se côtoient criminels notoires, et personnes sans foi ni loi. C’est dans ce milieu que Batman rencontre Catwoman, alias Selina Kyle. Cette dernière est à la recherche d’une de ses amis qui a mystérieusement disparu. Tous deux unissent leurs forces pour découvrir ce qu’il se cache derrière cette vague de meurtres, sans se douter que la passé reviendra subitement faire surface. 

Lorsque j’ai appris que Robert Pattinson allait se glisser dans la peau du justicier masqué, je n’ai pas caché un certain scepticisme. Non pas que je m’étais dit qu’il n’était pas taillé pour le rôle mais que tout simplement, ce n’était pas l’évidence même pour moi. Trois heures de projection après, le résultat est plutôt convaincant, en raccord avec l’ambiance générale du film. Un film noir, très noir qui se déroule pratiquement de nuit, à l’image de la noirceur et les ténèbres dans laquelle est tombée Gotham City. L’insécurité est légion, la violence est devenue la norme, tout comme la corruption qui gangrène la ville. La confiance aux institutions est purement et simplement caduque, comme le rappelle l’assassinat du maire. 

Dans ce contexte, quelle place et quel rôle pour Batman, chez qui on trouve une mission pratiquement christique ? Il veut sauver Gotham des ténèbres, tout en restant dans l’ombre. Sa démarche ne lui vaut pas que des amis, bien au contraire et ses adversaires voire ennemis le lui chargeront clairement de lui faire comprendre. En effet, s’attaquer à la pègre, c’est s’en prendre à ceux qui détiennent réellement le pouvoir dans cette ville. Toutefois, dans cette quête de justice et de retour à l’ordre, son rôle ne risque-t-il pas d’être vain, sauf à apporter ce qu’il manque à cette ville à savoir un exemple et surtout de l’espoir ?

Malgré une durée assez longue et un climat général très sombre, The Batman se défend pas mal et propose d’autres choses qui valent la peine d’être exploitées. Il faut dire que la prestation de Robert Pattinson mais aussi celle de Paul Dano aident beaucoup, ce qui donne au film de Mark Reeves, une tonalité singulière. Suffisant en tout cas pour qu’une probable nouvelle trilogie s’installe tranquillement. 

Qui a dit que tout n’était que recommencement ?

The Batman 

Un film de : Matt Reeves

Avec :  Robert Pattinson, Zoë Kravitz, Paul Dano, Colin Farrell, Jeffrey Wright, Andy Serkis, John Turturro…  

Pays : États-Unis

Genre : Action, thriller, policier

Durée : 2h56

Sortie : 2 mars 

Note : 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s