Une cérémonie (trop) conventionnelle ?

Comment éviter que la traditionnelle cérémonie des César se transforme, une troisième fois, en foire d’empoigne, en tout cas (en joyeux) bordel ? C’est sans doute la mission qui fut confiée à Antoine de Caunes, un habitué du genre puisqu’il a animé, pour la dixième fois, la grande fête du cinéma français qui, comme l’année dernière, se tenait à l’Olympia. 

Une soirée qui, apparemment, a tenu toutes ses promesses et qui s’est distinguée par son côté plan-plan et très ennuyeuse, comme s’il fallait s’assurer que la grande famille du cinéma français (du moins certains) ne fassent pas trop de vagues en présence de Madame la ministre. Pour ce faire, on pouvait compter sur Antoine de Caunes qui s’est contenté de passer les plats entre deux blagues ou vannes creuses, voire très creuses. 

French TV and radio host and Master of Ceremony Antoine de Caunes performs on stage during the 47th edition of the Cesar Film Awards ceremony at the Olympia venue in Paris on February 25, 2022. (Photo by BERTRAND GUAY / AFP)

Une pâle prestation qui n’est rien comparée à celle de la youtubeuse Marie S’infiltre qui comme son nom l’indique s’est invitée sur scène en montant littéralement son derrière devant l’assistance et des millions de spectateurs. Un happening tout simplement raté dans la mesure où il ne faut pas percutant, encore moins drôle. D’habitude (très) inspirée, Marie s’infiltre s’est tout simplement viandée (au sens figurée), ajoutant un malaise supplémentaire à une soirée décidément longue et bien pâle, sous les yeux très probablement affligés d’Adam Driver et de Cate Blanchett, qui s’est vue remettre un César d’honneur. 

Dans un contexte marqué par une crise sanitaire encore présente mais aussi une crise ukrainienne qui s’est transformée en guerre quasi-totale, difficile de faire mieux niveau ambiance ! La soirée n’a cependant pas été avare en émotions et en hommage. Hommage à Jean-Paul Belmondo bien évidemment mais aussi et surtout à Gaspard Ulliel, mort tragiquement le mois dernier et qui fut mis à l’honneur par Xavier Dolan, mon Xavier décidément ému et marqué, ne pouvant réprimer ses larmes lors de son discours. 

Côté palmarès, l’édition 2022 des César a consacré, comme prévu, les favoris notamment Annette et Illusions perdues qui ont notamment et respectivement obtenu le César de la meilleure réalisation et le César du meilleur film. Une distinction que j’ai du mal à comprendre pour être totalement honnête avec vous, le film de Xavier Gianolli ne manquant pas de qualité certes mais qui se distingue pour être trop long, au point d’être soporifique. A ce titre, le long-métrage de Léos Carax – que j’ai enfin découvert il y a quelques jours, après l’avoir raté en salles – aurait davantage mérité la distinction suprême, ne serait-ce qu’en raison du rythme et de la mise en scène. 

Anamaria Vartolomei, lauréate du César du meilleur espoir féminin 2022

Malgré tout, cette édition 2022 aura réservé de bonnes surprises avec Anamaria Vartolomei qui a 22 ans, s’octroie le César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans L’Événement. Une récompense logique et méritée d’autant que la prestation ne fut pas forcément simple à porter, en raison de l’atmosphère assez particulière, pour ne pas dire anxiogène du film. Une distinction qui tranche avec d’autres plus discutables, du moins qui vous laisse interrogatif. 

Au final, plus de trois heures de grand-messe, pâle et sans saveur, et un palmarès peu audacieux pour une soirée qui se voulait tout sauf détonante. C’était probablement et encore une fois le but recherché avec un Antoine de Caunes décidément vieillissant et qui est désormais loin de ses personnages qu’il avait interprété avec José Garcia sur le plateau de Nulle part ailleurs sur Canal Plus, à l’époque de Philippe Gildas. Même Omar Sy, venu remettre le César de la meilleure actrice, semblait moins en forme que d’habitude ! 

Une « normalisation » qui, si elle a des avantages a surtout un gros inconvénient : celui de rendre la cérémonie encore plus morne, à la limite de l’indigeste ! Au risque de faire pire l’année prochaine ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s