Adieu Monsieur Haffmann : Échanges

Fred Cavayé est un cinéaste que j’ai découvert à travers deux comédies, Radin ! (sorti en 2017) et Le Jeu (sorti en 2018) mais c’est la première fois que je le découvre à travers un genre sur lequel il excelle particulièrement – à ce qu’on dit –, à savoir le thriller. 

Il faut dire que la bande-annonce de son nouveau film est assez convaincante pour se laisser tenter. Nous sommes en 1941 à Paris sous l’occupation. Joseph Haffmann est un bijoutier, de bonne, voire de très bonne réputation. Il est en effet particulièrement doué et ses créations sont particulièrement appréciées. Toutefois, l’Occupation et les persécutions multiples contre les Juifs l’obligent à fuir la capitale et protéger sa famille en zone libre. Avant de partir, il propose à François Mercier, son employé, un deal assez particulier. Ce dernier devient le propriétaire de la boutique jusqu’à la fin de la guerre, boutique que Joseph reprendra à son retour en échange d’aider son employé à lancer sa propre affaire. François accepte, lui qui rêve d’être propriétaire mais surtout de fonder une famille avec Blanche, sa campagne. Le plan se met alors en place, çà un détail près : Joseph n’a pas pu quitter Paris et retourne dans sa boutique, devenue celle de son employé. François accepte alors de le cacher dans la cave, une décision qui ne sera pas sans conséquences. 

Tiré d’une pièce de théâtre, Adieu Monsieur Haffmann, c’est l’histoire de deux destins qui s’entrechoquent dans le contexte de l’Occupation. D’un côté, Joseph qui doit se cacher pour échapper aux Nazis ainsi qu’au régime de Vichy. C’est un excellent bijoutier qui a une certaine réputation, ce qui a fait sa prospérité. De l’autre, François, un homme ordinaire qui n’est pas mauvais en soi mais dont on sent qu’il veut se faire une place au sein de la société, devenir quelqu’un. Avec sa femme, Blanche, il n’arrive pas à fonder ce qu’il souhaite le plus cher, à savoir un enfant.

Aussi, lorsqu’arrive la proposition de Joseph, François finit par accepter non sans une certaine réticence. Devenir son propre patron, c’est une opportunité pour l’employé qui rêve de présenter ses créations. C’est aussi un moyen d’offrir le meilleur à Blanche. Au départ, cette nouvelle vie est confortable et elle devient de plus en plus à force de se faire des relations auprès des officiers nazis. François veut davantage et prend le risque de jouer avec le feu, au point d’oublier pourquoi il est là, à la place de Joseph. Une situation qui ne peut que progressivement déraper, surtout si rien n’est fait avant pour tout arrêter !

Avec près de deux heures au compteur, Adieu Monsieur Haffmann tient ses promesses tant au niveau de l’intrigue, de son déroulement et (surtout) de sa conclusion. Porté par Daniel Auteuil, Gilles Lellouche et Sara Giraudeau, le film n’est pas avare en suspense et situations détonnantes, histoire de renforcer le côté dramaturgique, malgré un rythme qui aurait mérité d’être un peu plus dynamique à certains moments. 

Adieu monsieur Haffmann

Un film de :  Fred Cavayé 

Avec : Daniel Auteuil, Gilles Lellouche, Sara Giraudeau, Nikolai Kinski, Mathilde Bisson, Anne Coesens… 

Pays : France

Genre : Drame, historique

Durée : 1h56

Sortie : 12 janvier

Note : 13/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s