En attendant Bojangles : Folie et amour, amour et folie

Virginie Efira est une actrice qu’on ne présente plus et qui n’a plus besoin de faire ses preuves pour tenir son rang. Elle est capable de nous faire rire comme nous éblouir et nous bouleverser. Bref, un jeu complet qui la rend irrésistible, vraiment irrésistible. 

Son dernier film ne déroge pas à la règle, bien au contraire. Nous sommes sur la Côte d’Azur en 1958. Georges, un concessionnaire automobile, rencontre Camille, une femme de la haute, enfin qui vit dans la haute. Le coup de foudre est immédiat, tellement immédiat que neuf mois après, nait Gary. Camille (qui n’aime pas trop qu’on l’appelle ainsi) et Georges mènent une vie insouciante avec pour mot d’ordre, la fête et le divertissement. Pour cela, rien de tel que de gigantesques fêtes où on invite les amis, histoire aussi de se couper du monde. Un jour, toutefois, la réalité finit par les rattraper ou c’est plutôt l’état de santé mentale de Camille qui finit par la rattraper. Face à l’urgence de la situation, Georges fait tout de son possible pour que sa femme ne perde pas définitivement le nord, le tout sous le regard de son fils qui assiste, impuissant, au déclin de sa mère. 

L’amour de la folie, la folie de l’amour. C’est un peu, de manière un peu grossière je l’avoue, une façon de résumer cette histoire très singulière, tirée du best-seller homonyme d’Olivier Bourdeaut. Camille et Georges s’aiment profondément et intensément, cela se voit surtout à leur mode de vie et à la façon dont ils gèrent la leur. Dans leur monde, les soucis et autres tracas de la vie n’ont pas leur place, c’est plutôt la fête, la fantaisie et la danse en permanence ! Avec eux, pas (trop) le temps de trainer, il faut que ça aille vite et fort ! Pour preuve, neuf mois après leur rencontre, Gary voit le jour, en hommage à l’acteur américain Gary Cooper. Camille et Georges brûlent littéralement la vie, sans se soucier de la suite !

Cette insouciance, ils finissent par le payer au prix fort, notamment Camille. Camille – je vous l’ai dit –  n’aime pas trop qu’on l’appelle ainsi en particulier son mari qui l’appelle différemment en fonction des jours. La jeune femme devient de plus en plus instable émotionnellement, à la limite de la folie. Cette situation est problématique, au point de mettre en péril la belle harmonie qui unit le couple. Face à cela, Georges, lui-aussi rattrapé par la réalité, ne sait pas trop quoi faire face à la détresse de sa femme mais également de Gary qui, de ses neuf ans, regarde également sa mère sombrer. Dans ce cas de figure, la danse et l’amour peuvent paraître comme un puissant remède. Suffisamment puissant cependant ?

Porté également par un Romain Duris tout simplement remarquable, En attendant Bojangles est puissant de sincérité, le tout gratiné d’une belle mise en scène, renforçant ainsi le côté dramatique du film mais avec le secret espoir que l’amour puisse soigner tous les maux. 

En attendant Bojangles 

Un film de :  Régis Roinsard

Avec : Virginie Efira, Romain Duris, Grégory Gabedois, Solàn Machado-Graner… 

Pays : France

Genre : Comédie dramatique

Durée : 2h05

Sortie : 5 janvier

Note : 16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s