L’Événement : chronique d’un avortement (très) clandestin

Annie Ernaux est une romancière que je ne connaissais pas des masses jusqu’ici mais qui, à travers deux adaptations, est arrivée à attirer mon intention. Pour la seconde fois cette année, un épisode de sa vie (du moins inspiré de sa vie) est portée sur grand-écran avec un mélange de réalisme et de récit assez vif. Une façon probablement de raconter la société dans laquelle on vit et plus spécifiquement l’histoire d’une femme à un moment-clé de son existence avec ses forces comme ses faiblesses mais également sa capacité de résilience.

Nous sommes en 1963 près de Bordeaux. Anne est une étudiante prometteuse, voire brillante qui prépare un important concours de lettres. Elle se rêve romancière et vit sa vie dans cette France des Trente Glorieuses. Cette insouciance est remise en question lorsque, lors d’une consultation chez son médecin, elle découvre qu’elle enceinte. Sa décision est prise, elle veut interrompre sa grossesse. Toutefois, dans un pays où l’avortement est considéré comme un crime, lourdement punissable, difficile pour elle de se confier, encore moins d’être soutenue ni même écoutée. Voulant malgré tout disposer de son corps et de décider par elle-même du moment où elle décidera d’avoir un enfant, Anne engage alors une course contre-la-montre, bravant la loi au risque de se mettre en danger.

Si aujourd’hui l’avortement est désormais considéré comme un droit, il existe encore et toujours des mouvements et des personnes qui font tout, de manière cynique et pernicieuse, pour remettre en cause une avancée majeure voire déterminante pour les femmes et leur liberté de poursuivre ou non une grossesse non désirée. L’événement met en lumière une époque où les jeunes filles et garçons découvraient la sexualité un peu par hasard et avec une certaine « honte ». Dans la France des Trente Glorieuses régnait, en effet, un certain non-dit autour de cette question qui, lorsqu’elle était traitée, l’était toujours sous le prisme de la procréation, jamais du plaisir mais surtout du choix. 

Aussi, lorsqu’Anne tombe enceinte, elle sait déjà ce qu’elle ne veut pas. Cependant, elle se trouve littéralement seule pour assumer ce choix. Pire, certains médecins interviennent dans son choix en la dissuadant vivement d’avorter lorsqu’ils n’hésitent même pas à lui administrer des médicaments qui renforcent le fœtus, affichant leur positionnement. Anne, qui est issue d’une famille modeste de commerçants, qui ne peut compter sur ses amies et encore moins sur son partenaire, issu d’un milieu aisé, n’a pas d’autres alternatives que la clandestinité, avec ses conséquences plus ou imprévisibles.

Filmé de façon « brutale », L’événement décrit de façon implacable une certaine réalité dont on ne peut imaginer, celle des avortements artisanaux dans lesquels toutes les femmes ne sortaient pas indemnes. Une façon également de rappeler que l’avortement est loin d’être une solution de facilité et encore moins de confort, surtout dans les années 1960, à l’instar de certaines scènes à la limite du soutenable.

Comme pour rappeler à certains pourquoi ce droit doit être préservé, encore plus aujourd’hui ! 

L’évènement

Un film de : Audrey Diwan

Avec : Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet Klein, Luàna Bajrami, Louise Orry-Diquero, Louise Chevillotte, Pio Marmaï, Sandrine Bonnaire…

Pays : France

Genre : Drame

Durée : 1h40

Sortie : 24 novembre

Note : 16/20

Un avis sur “L’Événement : chronique d’un avortement (très) clandestin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s