Tralala : troubabour(s)

Certains films se distinguent par leur scénario mais également une bande-annonce intéressante, je ne cesse de l’écrire sur mon blog ! 😉 

Aussi, lorsque j’ai découvert le nouveau long-métrage des frères Larrieu, ma curiosité n’a pas tardé à s’exprimer, bien décidé à découvrir ce qui se cachait derrière l’affiche officielle sur laquelle on montre un Mathieu Amlaric en saltimbanque bohême et un premier plan. Tout commence en région parisienne. Tralala est un chanteur qui vit dans une maison qu’il a probablement squatté et qui est sur le point d’être rasée. Pour gagner sa vie, il se produit dans la rue. Gare Montparnasse, il tombe sur une jeune femme prénommée Virginie. Cette dernière lui dit, juste avant de partir, « surtout ne soyez pas vous-même ». Intrigué, Tralala s’interroge. A-t-il rêvé ? Hallucine-t-il ? Il veut en avoir le cœur net ! C’est alors qu’il a dans ses poches, un briquet avec une image et une ville, celle de Lourdes. Tralala décide donc d’y rendre dans l’espoir de retrouver Virginie… qui ne le reconnaît plus ! Effaré, il tombe toutefois sur une sexagénaire, Lili, qui croit reconnaître en lui son fils, Pat, qu’elle n’a plus vu depuis vingt ans et un aller simple pour les Etats-Unis. Tralala décide de jouer le jeu, il se fait passer pour le fils disparu. Il se découvre une nouvelle famille mais aussi un génie musical qu’il n’avait jamais eu jusqu’ici. 

Les comédies musicales, ou plutôt les films musicaux, c’est un genre auquel on n’est pas tellement habitués en France, même s’il a existé un âge d’or dans les années 1960 avec notamment Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort. A ce jeu-là, ce sont plutôt les anglo-saxons qui tirent leur épingle du jeu, ce qui ne veut pas dire pour autant que les Français que nous sommes n’avons rien à proposer. 

C’est tout le pari d’ailleurs des frères Larrieu que de présenter un film dans lequel la musique tient, en toute logique, un rôle prépondérant, c’est même un personnage à part entière. Véritable fil rouge, elle donne le ton et nous guide dans les aventures d’un homme réservé et banal qui semble errer au sens propre comme figuré. Cette musique qui progressivement, transforme Tralala, aussi bien au niveau de sa création artistique que de sa personnalité. Lui qui était lambda attire l’attention de Lili bien sûr, mais également de Jeannie, une serveuse qui a connu une idylle avec Pat avant son départ. Même s’ils sont lucides concernant l’identité de Tralala, ils veulent quand même passer outre, du moins faire comme si. 

Avec une bande son très électro et plutôt sympa, Tralala se distingue sans pour autant être percutant. Même si le long-métrage des frères Larrieu n’est pas une comédie musicale au sens strict du terme, il est quand même de bonne facture malgré quelques longueurs ci et là. 

Tralala

Un film de :  Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Avec : Mathieu Amalric, Josiane Balasko, Mélanie Thierry, Maïwenn, Denis Lavant, Jalil Lespert, Galatea Bellugi, Bertrand Belin… 

Pays : France

Genre : Comédie musicale

Durée : 2h01

Sortie : 6 octobre

Note : 12/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s