Mon légionnaire : partenaire(s)

L’armée, c’est à la fois un engagement et un sacerdoce. Un engagement car on se bat pour son pays (ou pour un pays), avec les sacrifices que cela implique, un sacerdoce car ce n’est pas forcément une évidence de dire « je me bats pour ma patrie et aux valeurs que je crois » surtout lorsqu’il y a parfois un prix assez élevé à payer. 

Ce prix, Maxime, Vlad et leurs épouses ne le savent que trop bien. Maxime et Vlad sont légionnaires tous deux stationnés en Corse. Le premier poursuit sa carrière tout en menant sa vie de famille. Sa femme, avocate, et son fils unique les suit au gré de son affectation. Vlad lui est ukrainien. Il sert dans la Légion étrangère. Sa fiancée, Nika, l’a rejoint sur l’Ile de Beauté. Malgré la barrière de la langue, elle tente de s’intégrer. Elle veut un enfant de Vlad, il refuse catégoriquement. C’est dans ce contexte que ces deux couples vivent, vaille que vaille, leur histoire entre craintes, interrogations et espoirs. 

La vie de soldat avec ses joies mais aussi ses frustrations. C’est le quotidien de Maxime, Vlad et leurs compagnes respectives qui n’ont pas d’autres choix que de subir et faire avec. Maxime et Vlad sont régulièrement en opérations extérieures (comprenez « faire la guerre »), ils partent pour des semaines, voire des mois, loin de leurs proches, de leur base, de la France. Si pour Maxime, cet engagement coule de source, ça l’est encore plus pour Vlad d’autant qu’il n’est pas de nationalité française. C’est un Ukrainien qui a décidé de combattre pour la France face à un ennemi invisible. 

A l’arrière du front, les femmes attendent et organisent la vie de famille loin de leurs hommes. Elles se parlent, s’entraident et se réunissent via des manifestations diverses et variées. Elles sont toutes liées par le fait que leur mari ou compagnon est parti faire la guerre et n’ont jamais la garantie qu’il en sortira vivant. Une réalité qu’elles sont tenues d’accepter mais qui pèse sur le quotidien et la vie de couple. En effet, celle-ci ne tourne plus qu’autour des opérations militaires, mais aussi dans la façon de communiquer. Une situation que Céline, la femme de Maxime supporte de moins en moins. De son côté, Nika, la fiancée de Vlad, tente de résister en se montrant réservée, comme si elle tentait de se préserver. Elle qui souhaite ardemment un enfant, sait qu’elle doit consentir à des sacrifices multiples pour garder son homme. Mais comment se sentir bien lorsqu’on est en permanence seule ? 

Mon légionnaire fait immanquablement penser à la chanson éponyme de Serge Gainsbourg. Le côté réaliste et grave du film nous plonge toutefois dans une autre atmosphère, ce qui le rend intéressant en dépit de quelques lenteurs. 

Un film que la réalisatrice Rachel Lang, dédie, dès la première scène, à Ina Marija Bartaité, morte tragiquement dans un accident de la circulation en avril dernier, à l’âge de 25 ans seulement. 

Mon légionnaire

Un film de :  Rachel Lang

Avec : Louis Garrel, Camille Cottin, Ina Marija Bartaité, Aleksandr Kuznetsov, Naidra Ayadi, Léo Lévy… 

Pays : France

Genre : Drame

Durée : 1h47

Sortie : 6 octobre

Note : 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s