Les Intranquilles : Bipolaire

La vie de couple (et par extension la vie de famille) n’est jamais un fleuve tranquille. Elle fluctue entre les hauts et les bas, les moments de bonheur et instants plus compliqués, voire difficile. C’est souvent dans ces cas-là que la vie à deux est mise à rude épreuve, surtout lorsque la maladie s’invite et rythme le quotidien.

C’est le cas de Leïla et de Damien. Ils s’aiment profondément et vivent quelque part dans le sud de la France. Ils ont un fils, leur véritable fierté. Damien est artiste peintre, il vend régulièrement des toiles, c’est son fond de commerce. Il est surtout bipolaire et en fonction des jours, son humeur évolue. Un jour, il peut être particulièrement énergique, euphorique. Un autre, il plonge dans une profonde dépression. Une situation que Leïla gère bon gré, malgré. Ce couple, fusionnel, vit avec la bipolarité. Cette dernière aura-t-elle raison de leur amour ?

La bipolarité. Cette maladie pernicieuse pour celle ou celui qui la subit. Entre moments de totale enthousiasme et périodes noires, voire très noires, cette pathologie ne laisse pratiquement aucun répit aussi bien pour le porteur que pour son entourage. C’est tout particulièrement vrai pour Leïla. Aux premières loges, elle assiste aux différentes phases épisodiques de Damien, soutenant ce dernier au sens propre comme figuré. Leïla aime Damien mais elle est aussi « victime » de ce dernier dans la mesure où la bipolarité pèse dans son quotidien. Lorsque Damien a ses crises ou ses périodes sombres, Leïla paraît bien impuissante et démunie. Elle sait que son compagnon ne va pas bien mais qu’il est impossible de lui faire entendre raison. Elle se bat contre vents et marées pour le maintenir à flot car elle sait que si elle échoue, c’est son couple qui est en danger. 

Toutefois, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle surtout quand on sait que la bipolarité est une maladie qui ne se guérit (pratiquement) pas, qu’on peut tout juste (et encore) la mettre sous contrôle, à coup de traitements et autres médicaments ? Des médicaments qui ont, bien évidemment, des influences sur le comportement de Damien qui est en souffrance. Lui aussi aimerait trouver une certaine sérénité, une certaine stabilité, histoire de rassurer Leïla qui au fond ne rêve que d’une chose : trouver une certaine tranquillité, une certaine banalité. La bipolarité de Damien est à la fois une malédiction mais aussi et paradoxalement, le « moteur » du couple.

Histoire intimiste, proche du huis-clos, Les intranquilles s’intéresse aux victimes collatérales de la bipolarité, c’est-à-dire les proches, tiraillés entre leur volonté d’être là par amour et leur désir de tout laisser tomber par amour aussi mais également pour se protéger, tant cette maladie rythme le quotidien de façon implacable. Malgré son rythme lent, Joachim Lafosse nous raconte assez justement, l’intimité de cette famille qui tente, vaille que vaille, de résister. 

Sans doute que le duo formé par Leïla Bekhti et Damien Bonnard n’y est pas étranger !

Les intranquilles

Un film de : Joachim Lafosse

Avec : Leïla Bekhti, Damien Bonnard, Gabriel Merz Chammah, Patrick Descamps, Jules Waringo, Alexandre Gavras…

Pays : Belgique

Genre : Drame

Durée : 1h59

Sortie : 29 septembre

Note : 15/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s