Les Méchants : il y avait pourtant de l’idée…

Mouloud Achour est un animateur et journaliste que je suis avec attention et qui me fait penser à Canal, plus précisément l’esprit Canal, qu’on a si souvent mis en avant. Ainsi ma curiosité et le fait que je sois un cinéphile qui aime prendre des risques ont fait que je suis allé découvrir son premier long-métrage en tant que réalisateur, pour un résultat… vous allez vite comprendre !

Nous sommes à Paris. Patrick et Sébastien sont deux amis qui tiennent un magasin de jeux vidéo et de mangas. La journée débute plutôt bien. Patrick a volé une console à des migrants et tente de la revendre à son pote. Entretemps, Carcéral, un rappeur juvénile sort de détention. Pour sa première activité en tant qu’homme libre, il se rend à Débat + dans une émission animée par Virginie Arioule, une journaliste aussi jolie qu’ambitieuse. Approchés par le manager véreux de Carcéral, les deux protagonistes se retrouvent en coulisses. Tout semble aller tranquillement jusqu’à ce drame : Patrick, sous l’effet de drogues diverses, gifle violemment et en direct Carcéral. L’événement fait le buzz, un mauvais buzz. Très vite, Patrick et Sébastien deviennent les méchants les plus recherchés de France, les personnes à abattre. Ne comprenant évidemment pas ce qu’il leur arrive subitement, nos deux héros se cachent. Et si tout cela n’était qu’en réalité un coup monté ?

Je vais être honnête avec vous. Lorsque j’ai vu la bande annonce des Méchants, je suis resté sans voix, et partagé entre un sentiment de désolation et de gêne. Une gêne immense, celui qui vous dit que ce film a une forte chance d’être une bouse et que vous n’allez tout de même ne pas perdre votre temps pour aller le voir, à défaut de perdre de l’argent (merci UGC Illimitée !). 

Le cinéphile que je suis, qui n’est pas à une contradiction près, a quand même voulu donner sa chance au produit, dans l’espoir inconscient d’être agréablement surpris d’autant que le casting que propose Mouloud Achour était loin d’être dégoutant : de Ludivine Sagnier à Samy Naceri en passant par Bun Hay Mean (alias « le Chinois marrant »), Alban Ivanov, Fary et des caméos multiples (Omar Sy, Pierre Palmade, Elie Semoun…), le film aurait pu tirer son épingle du jeu et nous réserver de bonnes surprises, un peu sur le style d’un Jean-Claude Duss, « sur un malentendu ça peut peut-être marcher ».

Toutefois, j’avais beau attendre, voire espérer ce malentendu, il s’est tout simplement fait la malle. Malgré quelques bonnes idées, notamment une critique très marquée des chaînes d’information qui se concentre trop sur l’immédiateté des faits, perdant ainsi tout recul (coucou BFM TV ! Coucou CNews !), le long-métrage se distingue par une pauvreté affligeante en matière d’intrigue et surtout de jeu des acteurs ! Durant 1 heure 21, le spectateur se demande tout simplement si Mouloud Achour ne se fout pas tout simplement de sa gueule ou, si on veut être indulgent (ou avoir pitié, c’est selon !), tente de le convaincre que l’humour Canal existe encore (on peut sérieusement en douter), ce qui est de toutes les façons complètement raté ! 

Une heure 21 complètement dispensable et qui vous rappelle avec cynisme que si le cinéma français est capable du meilleur, il peut également produire le pire ! 

Les méchants

Un film de : Mouloud Achour et Dominique Baumard

Avec : Roman Frayssinet, Djimo, Ludivine Sagnier, Mathieu Kassovitz, Anthony Bajon, Kyan Khojandi, Bun Hay Mean… 

Pays : France

Genre : Comédie

Durée : 1h21

Sortie : 8 septembre

Note : 4/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s