Bonne mère : la taulière 

On connaît davantage Hafsia Herzi en tant qu’actrice, une femme qui dégage quelque chose d’assez particulier sur l’écran, notamment à travers son regard quelque peu énigmatique. En revanche, on la connaît assez peu en tant que réalisatrice. Aussi, lorsque j’ai entendu parler de son nouveau projet, Bonne mère, c’est par curiosité que j’ai décidé de le découvrir et de partir à la rencontre d’une femme exceptionnelle, la vraie héroïne des temps modernes.

Nous sommes à Marseille et dans les fameux quartiers Nord. Nora, la cinquantaine, est mère-célibataire, à la tête d’une grande famille dans laquelle on trouve ses enfants et ses petits-enfants. De condition modeste, elle se lève tôt pour faire le ménage mais aussi s’occuper de personnes âgées. Parallèlement, elle rend visite à son fils aîné, Ellyes, actuellement en détention provisoire pour avoir braqué une station-service. Malgré les frais d’avocat qui s’accumulent et le temps passé au parloir, Nora s’accroche et cherche toujours à faire bonne figure, d’autant qu’elle sait qu’elle est le pilier d’une famille qui tente de garder la tête froide. 

Nora est une mère qui se bat sur plusieurs fronts à la fois. Entre la détention provisoire de son fils, l’éducation de ses autres enfants mais également celle de ses petits-enfants, sans compter son métier pour lequel elle est payée un salaire de misère… C’est ce qu’on appelle une « mère courage », ce genre de personne qui force le plus souvent l’admiration car ayant, une étonnante capacité de résilience, du moins sur le papier. Nora, c’est le type de personne qui fait passer les autres avant son bien-être personnel. Elle se dévoue corps et âme pour les siens et ses collègues, au point de se sacrifier lorsque la situation l’exige. 

C’est ce qui fait toute la personnalité et le caractère de Nora, une femme fragile en apparence mais forte à l’intérieur. Elle n’est pas du genre à se plaindre ou à se lamenter, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne ressent rien ou qu’elle ne craque jamais. Son fils est en prison ? Elle assume en allant le voir régulièrement et en faisant tout pour qu’il sorte même si cela implique que toutes ses économies y passent. En tant que bonne mère, elle veille à ce que ses enfants restent droits et ne fassent pas de mauvais choix dans leur existence. Cela est d’autant plus primordial que la véritable patronne, la mater familias, c’est bel et bien elle et ça, ses enfants en ont conscience ! Une question demeure : à force de veiller sur les siens, qui veillera sur cette « bonne mère ? »

Portrait d’une femme discrète, mais debout et surtout digne, Bonne mère porte aux nues ces mamans qui symbolisent tant Marseille et qui ont contribué à façonner son identité, présentes en toute circonstance à l’instar de Notre-Dame de la Garde qui veille sur la cité phocéenne. 

Bonne mère

Un film de : Hafsia Herzi

Avec : Halima Benhamed, Sabrina Benhamed, Jawed Hannachi Herzi, Justine Grégory, Maria Benhammed… 

Pays : France

Genre : Drame

Durée : 1h40

Sortie : 21 juillet

Note : 13/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s