Frères d’arme : le sang et la promesse

Les liens du sang. Quelque chose qui vous unit, vaille que vaille, coûte que coûte, je suis bien placé pour le savoir. Parfois, ce n’est pas simple, il y a des oppositions, des affrontements même, mais à la fin, cette évidence subsiste et fait que quoi qu’il en soit, vous n’y pouvez rien. 

Emilijan et Stanko sont bien placés pour le savoir. Tous deux sont nés dans les Balkans et y ont vécu leur enfance. Liés par le sang, ils se sont davantage par un terrible secret, qui leur a valu de quitter leur pays d’origine et de s’installer avec leur mère en France, à Brest. Cela fait une quinzaine d’années qu’ils se sont installés en Bretagne et ils sont pleinement intégrés. En particulier Emilijan qui a rencontré l’âme sœur. Un détail important car lorsque la famille a l’opportunité de retourner au pays, celle-ci se divise. Si Stanko est impatient, ce n’est absolument pas le cas de son grand frère qui souhaite faire sa vie. Très vite, l’incompréhension du benjamin laisse progressivement place à un affrontement au sein de cette famille, unie malgré ce secret si lourd à porter. 

Emilijan et Stanko sont liés par une promesse. Celle-ci n’est pas formelle, mais elle existe quand même ! Cette promesse, c’est celle d’Emilijan de veiller sur son petit frère et d’être toujours à ses côtés. Elle fait suite à l’événement funeste auquel ils ont du faire face dans leur pays d’origine. Aussi, lorsque l’aîné fait comprendre à sa mère et à Stanko qu’il ne souhaite pas revenir dans les Balkans, ce n’est plus vraiment de l’incompréhension, c’est une véritable trahison pour le reste de la famille qui considère qu’il n’y a pas de débat qui tienne ! Toute la tribu doit rentrer et peu importe qu’Emilijan ait rencontré Gabrielle, avec qui il vit une belle histoire. 

Ce que Stanko ne comprend absolument pas, lui qui à la différence de son grand-frère mène une vie assez instable. Si Emilijan semble être pleinement intégré avec un emploi stable au port autonome de Brest, Stanko lui fait quelques combats de coq, plus ou moins illégaux. Si l’aîné semble « détaché » de sa famille – histoire de se libérer d’un cercle très présent, pour ne pas dire étouffant –, son cadet semble très mal accepter ce qu’il ressemble à une sécession de la part du premier. Emilijan doit rester parmi les siens, même si cela implique des sacrifices. Un équilibre de plus en plus précaire s’installe alors, menaçant de faire exploser l’édifice tout entier. 

Long-métrage d’une durée assez convenable, marqué par un bon rythme et porté par Vincent Rottiers et (un très bon) Kevin Azaïs, Frères d’arme joue subtilement sur les mots, comme si malgré le secret, les deux frères étaient condamnés à être soudés car liés par le sang, au sens figuré comme propre. 

Quand je vous disais que ces liens unissent vaille que vaille ! 

Frères d’arme

Un film de : Sylvain Labrosse

Avec :  Vincent Rottiers, Kévin Azaïs, Pauline Parigot, Noé Stanic, Lucas Micic, Marika Vibik…

Pays : France

Genre : Drame

Durée : 1h21

Sortie : 14 juillet

Note : 14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s