Gagarine : touche pas à ma cité !


[AVERTISSEMENT] Ce film fait partie de la sélection Cannes 2020

Vivre dans une cité. Pour certains – une grande partie en réalité – un drame, pour d’autres – mais une grande partie aussi – des souvenirs, des moments forts. Une sorte de relation amour/haine qui s’installe avec le temps. On ne supporte plus ces murs mais on apprécie la convivialité qui s’y dégage, la solidarité qui s’installe et l’entraide aussi. Le sentiment particulier que vous appartenez à un village, une communauté. 

C’est ce que ressent Youri. Cet ado de 16 ans a grandi justement à Gagarine, une grande cité nichée à Ivry-sur-Seine, aux portes de Paris. Garçon sérieux, il rêve de devenir astronaute et suivre les pas de celui qui a donné son nom au lieu. L’immense complexe HLM va cependant connaître un destin inéluctable : il est promis à la démolition dans le cadre du programme de rénovation urbaine. C’est d’autant plus inéluctable que dans le même temps, les habitations deviennent de plus en plus insalubres au point même qu’elles constituent une menace pour les habitants. Alors que ces derniers sont logiquement évacués, Youri ne peut tout pas se résigner à partir. Il est bien décidé à sauver Gagarine, avec la complicité de quelques personnes. Une mission qui vaille la peine même si le combat semble bien inégal, pour ne pas dire perdu d’avance…

La cité Gagarine – inaugurée par le cosmonaute lui-même comme le rappellent la scène d’ouverture – était souvent montrée en exemple dans les années 1960 comme laboratoire d’une société idéale dans laquelle chacune et chacun pouvaient s’épanouir, riche comme pauvre, issu de la classe moyenne comme populaire. Cette vision généreuse mais très fantasmée s’est fracassée une vingtaine d’années plus tard sous le coup des crises successives. La cité s’est progressivement laissée aller pour finir lentement mais surement en lambeaux. 

Alors que les pouvoirs publics décident d’en finir avec Gagarine, la décision est accueillie avec un certain fatalisme. Non pas que les gens souhaitaient particulièrement rester mais Gagarine, c’est avant tout des souvenirs, un collectif, un état d’esprit. C’est cet état d’esprit que Youri souhaite sauver. Le cœur sur la main, il est persuadé que si on répare ce qui ne fonctionne pas dans la cité, celle-ci ne pourra qu’être sauvée. Un combat très inégal et – disons-le – illusoire mais qui n’entame pas la détermination et la volonté de Youri. 

Porté par Alséni Bathily, Lyna Khoudri (découverte dans Papicha et qu’on retrouvera bientôt dans le très attendu The French Dispatch) et Finnegan Oldfield, Gagarine est un joli hommage à celles et ceux qui ont connu la cité éponyme, finalement abattue en 2019 mais qui a laissé de nombreux souvenirs indélébiles. 

Gagarine 

Un film de : Fanny Liatard et Jérémy Trouilh 

Avec :  Alséni Bathily, Lyna Khoudri, Jamil McCraven, Finnegan Oldfield, Farida Rahouadj, Denis Lavant… 

Pays : France

Genre : Drame 

Durée : 1h38

Sortie : 23 juin 

Note : 16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s