Les nouveaux mutants : même pas peur (ou presque) !

Trois ans. Trois ans de rebondissements, de tergiversations, de reports, de nouveau montage pour un film qui était annoncé comme démentiel, celui qui devait se distinguer dans l’univers Marvel et des X-Men. Un film que tout le monde attendait mais dont l’attente a fini par lasser, si bien qu’on commençait à s’habituer à cette arlésienne, ce genre de personne dont on parle souvent mais qu’on ne voit jamais. 

Rahne, Illyana, Sam et Roberto sont quatre adolescents mutants qui séjournent dans une unité psychiatrique. Du fait de leurs pouvoirs, on considère qu’ils sont, en l’état, dangereux pour la société et surtout pour eux-mêmes, c’est du moins ce que pense le Docteur Reyes qui les suit de près. Selon elle, la maitrise de leurs pouvoirs est une condition sine qua none. S’ils apprennent à se gérer, ils pourront éventuellement quitter cet hôpital. C’est dans ce contexte qu’arrive Danielle, une autre mutante. Ses pouvoirs semblent bien plus puissants et suffisants pour provoquer des réactions en chaine. En effet, les jeunes mutants sont frappés d’étranges hallucinations et de flashbacks. Leur capacité de survie mais également leur amitié seront mises à rude épreuve, d’autant que le Docteur Reyes a bien d’autres projets.

Alors que la pandémie du COVID19 aurait pu lui asséner un coup supplémentaire (voire le coup de grâce), Les nouveaux mutants sont finalement sorti sur grand écran. Le nouveau film de Josh Boo se voulait plus sombre et effrayant, ce qui explique ses multiples reports. Le spectateur que nous sommes devait avoir peur, se dire que ce Marvel est un bon film d’horreur, celui qui vous retournerait.

Sauf que voilà ! Les nouveaux mutants ne font même pas peur, ou presque ! Certes, l’ambiance est bien là, elle est noire, sombre à l’instar de l’intrigue et des lieux. Rhane, Illyana, Sam, Roberto et Danielle sont là parce qu’ils représentent une menace pour autrui et eux-mêmes, ce qui fait écho aux X-Men et au pensionnat du professeur X. Comme dans le manoir, ils doivent apprendre à maitriser leur pouvoir afin qu’ils puissent s’intégrer dans la société. 

Seulement, on sent comme quelque chose de creux et d’assez caricatural dans l’intrigue, ce qui est bien dommage d’autant que derrière le cadre principal, Les Nouveaux mutants évoquent des sujets plus graves comme l’absence d’un proche et la culpabilité qu’on ressent ou encore les abus sexuels. On a le sentiment que la Fox – et sa maison-mère Disney – a voulu, in fine, se débarrasser d’un projet finalement bien encombrant, quitte à profiter du chaos de la COVID19 pour faire une promotion très discrète, c’est-à-dire aucune. 

Résultat des courses, Les nouveaux mutants sont loin d’être un four mais plutôt un travail assez bancal et surtout bâclé. Trois ans pour pas grand-chose ! 

Les nouveaux mutants (The new mutants) 

Un film de : Josh Boone 

Pays : Etats-Unis

Avec :  Maisie Williams, Anya Taylor-Joy, Charlie Heaton, Henry Zaga, Blu Hunt…  

Genre : Science-Fiction, Fantastique… 

Durée : 1h34

Sortie : le 26 août

Note : 7/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s