Lost in doublage

C’était dimanche soir. Posé devant ma télé, et avant de revoir le très bon film de Marie-Castille Mention-Schaar, Le ciel attendra sur France 2, je m’arrête devant TF1 pour redécouvrir Dalida, le biopic de Lisa Azuelos retraçant les moments heureux comme pénibles de cette artiste exceptionnelle.

C’était la première fois – il me semble – que la première chaine généraliste privée de France diffusait ce long-métrage, bien accueilli par les critiques comme par la presse sans oublier le public. Dalida est un monument de notre patrimoine culturel et c’est une artiste qui compte encore aujourd’hui, à l’instar d’un Claude François par exemple. Autant dire que le public aurait été présent pour célébrer cette chanteuse hors-pair.

Si le public a bien été là, certains d’entre lui ont noté un détail qui ne leur a pas échappé. Un détail insignifiant pour le commun des mortels ou les non-cinéphiles mais qui, au bout du compte, est assez agaçant surtout lorsqu’on a vu le film tout d’abord au cinéma comme moi. En effet, TF1 a diffusé la version française du biopic de Lisa Azuelos en lieu et place de la version originale, donnant lieu à des situations assez cocasses, voire ridicules ! Je m’en étais pas rendu compte sur le fait (la distraction ou la fatigue sans doute !) même si certaines scènes auraient dû mettre la puce à l’oreille, notamment l’avant-dernière où Dalida déjeune avec son frère Orlando. Dans la version originale, ils alternent entre le français et l’italien rendant la séquence authentique, car rappelons que la chanteuse et son producteur (accessoirement son petit frère) étaient bilingues et qu’ils pouvaient passer d’une langue à l’autre sans aucun problème. Rien de tout cela dans la version française, ce qui peut faire illusion pour celui ou celle qui voit le film pour la première fois. Une situation qui a, en tout cas, mis en colère certains internautes qui ont crié au sacrilège, tweets à l’appui.

La France, terre de naissance du cinéma, n’est pas vraiment à l’aise avec les langues, c’est un euphémisme de le rappeler ! Les version françaises (comprendre doublées) restent la norme en particulier à la télévision, ce qui peut avoir ses (rares) avantages comme ses (nombreux) inconvénients, surtout lorsque le résultat est plus que mitigé. Il suffit de voir le résultat ! Des films qui perdent de leur saveur, une impression de surjoué, jusqu’au dialogues qui ne veulent plus rien dire… le film perd en rythme tout comme en intensité et le cinéphile que je suis préfère passer à autre chose plutôt que de s’infliger cela !

Doublage-2-1200x480

TF1 – qui n’a pas préféré répondre aux critiques des internautes – a sans doute voulu bien faire en ne diffusant que la version française de Dalida, ce qui n’est pas pertinent en soi dans la mesure où la version originale était tout aussi équilibrée entre la langue de Molière et celle de Dante, et surtout plus authentique. Dalida est une artiste francophone comme italophone, et c’est en toute logique qu’elle se fasse interviewer en italien lorsqu’elle débarque au Festival de San Remo ! Par souci d’économies mais aussi pour rassembler, la chaine historique a voulu faire large, quitte à dénaturer l’œuvre !

C’est d’autant plus dommage que depuis quelques années, les chaines de télévision font quelques progrès dans la diffusion de films ou de séries tournées partiellement ou totalement en langue étrangère en proposant des versions originales et/ou sous-titrées[1]. Toutefois, cela ne suffit pas et il faudra aller sans doute plus loin dans la programmation en VO en faisant de celle-ci la norme et non plus l’exception à l’instar de ce qui existe présentement au Portugal, en Belgique[2]mais aussi (et surtout) aux Pays-Bas et en Suède, ce qui joue pas mal sur le bon niveau de ces pays en langue étrangère, en particulier l’anglais.

Reste à savoir si on sera prêt pour cette révolution copernicienne et pour vous y convaincre, demandez à Paul Taylor ! 😉


[1] Pour ma part, j’ai trouvé une astuce en paramétrant ma LiveBox afin que la VOSTF (version originale sous-titrée en français) devienne mon choix par défaut, ce qui m’évite la VF !

[2] Enfin côté néerlandophone, la Wallonie francophone ayant tendance à suivre ce qui se fait dans l’hexagone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s