Exit : état de nature

5346982.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxAller au cinéma, c’est (parfois) risquer la nouveauté et sortir de sa zone de confort, ce qui est agréable (et moins risqué soyons honnêtes !) lorsque vous avez une carte illimitée. C’est donc avec une certaine curiosité que je suis allé voir un film danois au synopsis simple mais à l’ambiance un peu spéciale, voire anxiogène.

Rie est une journaliste qui se rend sur le chantier du métro de Copenhague. La jeune femme réalise un reportage sur la coopération européenne dans le cadre de la construction de la nouvelle ligne du réseau. Elle se rend au cœur même des travaux et échange notamment avec les ouvriers pour connaître leurs métiers et impressions. L’ambiance est plutôt sereine lorsqu’un accident se produit soudainement. Rie, en compagnie de Bharan et Ivo, deux ouvriers, se réfugie dans un sas de décompression. Sous une chaleur étouffante, bloqués à une dizaine de mètres sous terre, ils devront faire preuve de coopération pour survivre et espérer s’en sortir, ce qui est plus évident à dire qu’à faire.

1546004.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Si vous êtes claustrophobe, ce film n’est pas fait pour vous ! En effet, le spectateur est – au sens propre comme figuré – en immersion dans ce zone de chantier qui se transforme progressivement en enfer. Dans cette situation, Rie, Bharan et Ivo se mettent en mode survie et le spectateur voit les personnalités de chacun se révéler pour le pire… comme pour le pire. Non pas que chacun pense qu’à sa gueule mais presque ! Dans ce sas de décompression, les trois survivants attendent les secours et doivent surtout gérer le peu d’air qu’ils ont. Tous trois ne veulent bien évidemment pas rester dans ce trou et veulent à tout prix s’en extirper. Rie, Ivo et Bahran ont une famille et on comprend que les deux derniers sont tels des forçats, contraints d’être là pour subvenir aux besoins de leurs proches et à leur assurer un meilleur avenir. De son coté, Rie est tout aussi en mode survie, ce qui va la pousser à se montrer ambivalente dans ses choix. Dès lors, il y a peu de place pour les sentiments, chacun fait comme il peut pour rester lucide et surtout rester humain.

1489841.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Tourné quasi-intégralement en vase clos, Exit dérange et met (un peu) mal à l’aise. Du moins, c’est l’ambiance générale du film, où la caméra est au plus proche des personnages et de la tragédie qui veut cela. On insiste impuissant à la situation et à la lutte acharnée de Rie, Bharan et Ivo pour rester en vie et on se demande comment cela risque de se terminer. La fin, justement ! Une fin abrupte et qui laisse le spectateur assez incrédule, comme si on avait un peu vite expédié les choses, sans grande explication au passage ! 😉

1531964.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Un film assez original quoi !

 Exit (Cutterhead)

 Un film de : Rasmus Kloster Bro

Pays : Danemark

Avec : Christine Sønderris, Samson Semere Russom, Kresimir Mikic, Adrian Heili, Salvatore Striano

Genre : Thriller, Drame

Durée : 1h28

Sortie : le 15 juillet

Note : 12/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s