#BlackCesars

V57XJDF246DFV7T77N777HAGDY
Sonia Rolland, Stomy Bugsy, Aïssa Maïga, Mathieu Kassovitz, premiers signataires de la tribune parue dans Le Parisien du 26 février 2020

C’est une (nouvelle) tribune qui fait tache d’huile dans la famille du cinéma français, à quelques heures de la traditionnelle cérémonie des César. En effet, dans une tribune parue le 26 février dernier, dans Le Parisien, un collectif mené entre autres par Aïssa Maïga, Sonia Rolland, Olivier Marchal, Mathieu Kassovitz ou encore Eriq Ebouaney, dénonçait « l’invisibilité des acteurs, réalisateurs et producteurs » issus de l’immigration africaine et asiatique ainsi que des DOM TOM dans le cinéma français.

Selon eux, le constat est sans appel. Notre cinéma hexagonal, malgré le succès critique et public de long-métrages comme Les Misérables ou Il a déjà tes yeux, malgré l’émergence d’acteurs et de réalisateurs comme Lucien Jean-Baptiste ou encore Frédéric Chau, sans oublier l’explosion internationale d’un Omar Sy, peine à s’ouvrir et à refléter l’image de notre société et pays. Une analyse qui, si elle est sujette à critiques, demeure pertinente, du moins, devrait nous inciter à davantage de réflexion.

870x489_000_1512y1
Sonia Rolland, lors du festival de Cannes 2018

Si, il y a vingt ans, le collectif Egalité dénonçait – déjà – ce manque criant de diversité, force est de constater que du chemin reste encore à faire, malgré quelques avancées tangibles. Comme je viens de l’écrire, plusieurs actrices et acteurs français issus de l’immigration ou de l’outre-mer s’imposent progressivement au sein de notre cinéma et même au-delà. Cependant, les clichés ont la vie dure notamment dans les rôles qu’ils interprètent. Lucien Jean-Baptiste ne s’y était d’ailleurs pas trompé dans son documentaire Pourquoi nous détestent-ils, les noirs ? sorti en 2016, et dans lequel, les Noirs étaient limités à des rôles de second plan ou remplissant les stéréotypes, du style le dealer de cité ou encore l’infirmier au fort accent antillais ou africain qu’on demande de faire, même si vous êtes né en France ! Une situation largement dénoncée par les signataires de la tribune qui dénoncent « paradoxes d’un pays, la France, qui nomme Spike Lee, un réalisateur et producteur afro-américain, président du jury du prochain Festival de Cannes, et qui en même temps maintient ses acteurs de couleur dans des rôles insignifiants qui ne justifieront jamais une quelconque nomination aux César ». A la différence du cinéma anglo-saxon « confie des rôles de premier plan à tous ses acteurs sans distinction de couleur ou d’origine et sans que cela ne nuise à sa qualité », même si d’importances nuances sont quand même à apporter !

CE

Cette polémique intervient au pire moment pour l’Académie des César, dans un contexte où l’institution est mise en cause pour son manque d’ouverture et de démocratie sans oublier d’engagement pour l’égalité entre les femmes et les hommes ainsi que l’affaire Polanski. Des critiques au vitriol qui poussé Alain Terzian, le président de l’Académie, à donner sa démission tout comme le reste du bureau. Depuis, l’organisation peine à recouvrer sa crédibilité et cette nouvelle tribune ne contribue pas à ramener le calme et la sérénité au sein de la « grande famille du cinéma français »

Toutefois, cette tribune peut servir d’électrochoc pour notre cinéma, c’est du moins qu’espèrent les signataires de la tribune, à l’instar de ce qui est attendu avec l’affaire Polanski ou dans le contexte post #MeToo. La récente démission collective au sein de l’Académie des César est sans doute l’occasion pour le cinéma français de ne pas faire, son auto-flagellation ou son autocritique en mode « Les Grands Procès de Moscou » mais de faire preuve d’innovation sur la façon de mieux représenter en son sein la diversité culturelle, ethnique et de genre de notre société. Un pari assez ambitieux mais indispensable si les César ne veulent pas perdre davantage de leur prestige ! Après tout, l’Académie des Oscars, secouée par la polémique #OscarSoWhite, avait d’une certaine manière en tiré les leçons, avec plusieurs gages d’ouverture !

De quoi garantir une sacrée ambiance ce soir, salle Pleyel ! 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s