Mes jours de gloire : Antoine ou le syndrome de Peter Pan

Vincent Lacoste est un acteur que j’apprécie de plus en plus. Outre son look d’éternel ado, je suis de plus en plus séduit par son jeu, l’homme étant à l’aise aussi bien dans la comédie (Jacky au royaume des filles, Lolo) que dans le mélancolique, voire le drame (Amanda). Quelqu’un de complet donc, le genre de gars qu’on aimerait voir pour pote et dialoguer avec lui, dans une terrasse à café.

Dans Mes jours de gloire, Vincent incarne Antoine. Antoine a une vingtaine d’années, il a eu son heure de gloire en tant qu’enfant acteur. Grâce à son statut et le cachet obtenu, il est propriétaire d’un appartement en plein cœur de Paris. Cependant, le succès est loin et Antoine est désormais un acteur sans le sou. Plutôt que de prendre ses responsabilités, il préfère revenir chez ses parents. Entre temps, il décroche une audition pour un film important retraçant la jeunesse de De Gaulle. Il obtient le rôle principal. L’occasion pour lui de se relancer d’autant qu’il tombe, dans le même temps, sous le charme d’une jeune lycéenne rencontré au poste de police.

3950519.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Antoine souffre d’un syndrome, celui de Peter Pan. En clair, il refuse de grandir et – pire – préfère laisser pourrir la situation plutôt que de l’affronter. Antoine a des soucis d’argent ? Il fait comme si rien n’y était même si la banque lui coupe peu à peu les vivres et qu’il galère de plus en plus. Antoine reçoit relance sur relance et risque de voir son appartement – son unique bien – saisi ? Il retourne chez ses parents, prétextant être envahi pour des punaises de lit. Ses parents sont de moins en moins complices au point de faire chambre à part ? Antoine s’imagine que c’est temporaire et que son père et sa mère continueront à former un couple.

844338793_1280x720

Antoine refuse – inconsciemment – de grandir car être adulte, c’est synonyme de retour (brutal) à la réalité. Aussi lorsqu’il tombe amoureux de Léa, il se pose tout un tas de questions et il pense avoir des problèmes d’impuissance. Là encore, plutôt que d’affronter la situation, il esquive. Antoine est dans son monde et avance avec une certaine nonchalance jusqu’au jour où il faut bien grandir, quitte à se prendre cette fameuse réalité en pleine figure. Ça fait mal – très mal  même – mais c’est au bout du compte, un passage obligé pour qu’Antoine reprenne enfin le contrôle de sa vie.

3026451.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Outre un Vincent Lacoste hilarant, le film regroupe à l’écran Emmanuelle Devos, Christophe Lambert et la jeune Noée Abita que j’avais découvert dans Ava, il y a bientôt deux ans et demi, un long-métrage que je vous invite à visionner si vous ne l’avez toujours pas fait ! 😉 Pour le reste, le premier film d’Antoine de Bary se distingue grâce à (ou à cause c’est selon ^^) de son acteur principal et de son personnage dont on ne cesse de rire des différentes et cocasses situations dans lesquelles il se trouve.

Un véritable Peter Pan ! 😉

Mes jours de gloire

Un film de : Antoine de Bary

Pays : France

Avec : Vincent Lacoste, Emmanuelle Devos, Christophe Lambert, Noée Abita, Damien Chapelle, Monsieur Fraize, Antoine Poulet…

Genre : Comédie

Durée : 1h39

Sortie : le 26 février

Note : 16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s