La Belle époque : un scenario, des scenarii

5335514.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxParfois, on aimerait aller dans le temps et vivre des moments qu’on a connu ou non. Un fait marquant de l’Histoire, ou tout simplement un moment-clé de notre vie.

C’est ce qu’aimerait bien Victor, la soixantaine désabusée. Marié à Margot, il a deux enfants, dont Maxime qui mène avec succès son entreprise d’animation. Après quarante ans, il ressent comme une lassitude. Tout le fatigue, son mariage, la vie, les gens et surtout sa femme. Si Margot – une psychanalyste aisée – vit ultra-connectée, Victor ne supporte plus les nouvelles technologies dont il estime qu’elles sont responsables de son licenciement dans un journal où il officiait en tant que dessinateur. Un jour, Antoine, un ami d’enfance de son fils ainé, lui propose une attraction pour le moins originale : à l’aide de comédiens, d’effets spéciaux et de décors dignes d’une salle de cinéma, il lui offre la possibilité de vivre ou revivre une époque de son choix. Victor décide alors de revenir le 13 mai 1974, une date qui n’est pas anodine puisque c’est ce jour-là qu’il rencontra la femme de sa vie. Sans se douter des conséquences plus ou moins inattendues.

3274784.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Je pense qu’on a en tous rêvé, du moins y pensé : revenir dans le passé et (re)vivre un moment-clé de sa vie, ou tout simplement une période de l’Histoire. Pour Victor, le choix des années 1970 n’est pas le fruit du hasard et ce, à double-titre. C’était le temps d’une certaine simplicité, une époque où les gens se parlaient (et non rivés sur l’écran de leur smartphone), où la politique avait ses lettres de noblesse… bref tout l’exact opposé des années 2010. Une période dans laquelle, il avait une vingtaine d’années et où il avait rencontré une jolie rousse, pimpante, libre et un peu fort en gueule.

5083908.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Cette jolie rousse, c’est tout simplement Margot. Victor n’est pas dupe bien évidemment, il sait qu’il ne voyage pas dans le temps, que la Margot de 1974 est une comédienne mais qu’importe ! Il veut retrouver cette Margot, celle qu’il a connu dans sa jeunesse bien différente de la Margot de 2019, une femme qu’il considère comme cynique, hautaine, absente et qui vit bien dans son confort matériel. La Margot de 1974 lui manque, c’est évident. Mais ne risque-t-il pas de confondre rêve et réalité ?

5066720.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Second film de Nicolas Bedos – après le convaincant Monsieur et Madame AdelmanLa Belle époque traite sous un angle assez intéressant le couple face à l’épreuve et l’usure du temps. Comme si, appuyer sur le bouton reboot pouvait être une solution pour raviver une flamme, une complicité perdue.  Malgré quelques incohérences, le long-métrage se défend pas mal, bien aidé par un bon rythme et un casting porté par Daniel Auteuil, Guillaume Canet, Fanny Ardant et Doria Tillier.

3302864.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

De quoi passer un moment agréable.

La Belle époque

Un film de : Nicolas Bedos

Pays : France

Avec : Daniel Auteuil, Guillaume Canet, Doria Tillier, Fanny Ardant, Pierre Arditi, Denis Podalydès, Jeanne Arènes, Michaël Cohen…

Genre : Comédie dramatique, Romance

Durée : 1h55

Sortie : le 6 novembre

Note : 14/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s