L’artiste vs. l’homme ? (suite)

Avertissement : cette note fait partie d’une série d’articles rédigée en collaboration avec Marion du blog 28 films plus tard et  June de June and Cie. Retrouvez les trois billets ici.

Il y a quelques jours, avant que j’aille crapahuter sur la chaîne des Puys en Auvergne, Marion, la tenancière du blog 28 films plus tard, m’a contacté pour contribuer à un article participatif. Le sujet – selon ses propres dires – était polémique, pour ne pas dire sensible d’autant qu’il divise.

Faut-il séparer l’homme de l’artiste ? C’est la question épineuse que m’a posé Marion et pour être honnête, je n’ai pas une réponse toute faite, même si je m’étais posé la question à propos d’Alain Delon, lors du dernier Festival de Cannes. Depuis quelques années, en effet, nombre de cinéastes et d’artistes voient leur réputation ternie suite à des affaires de mœurs et autres scandales, sans oublier des prises de positions tendancieuses. Si, cela n’est pas nouveau en soi, ce qui change c’est l’ampleur et les conséquences. Dans le cadre de l’affaire Weinstein et ses suites – notamment #MeToo –, rare sont les histoires qui restent sous silence et qui n’en finissent pas d’éclabousser tel ou tel, au point de devenir persona sin grata.

Y7UM3KKKB2MHB25JHQNJSLXS2U
Woody Allen, en 1998, lors du procès relatif à la garde de ses enfants dont sa fille adoptive Dylan Farrow

Woody Allen en a fait les frais. Le réalisateur new-yorkais n’est plus en odeur de sainteté depuis les (nouvelles) accusations d’agressions sexuelles sur sa fille adoptive, Dylan Farrow. Le cinéaste de Minuit à Paris, Blue Jasmine, L’homme irrationnel ou bien encore Wonder Wheel a vu, purement et simplement, son dernier film Un jour de pluie à New York interdit de projection aux Etats-Unis. Comme un malheur n’arrive jamais seul, certains acteurs tel Colin Firth, Owen Wilson, Marion Cottillard, Timothée Chamalet, ou bien encore Natalie Portman, ont déclaré ne plus vouloir, à l’avenir, participer à quelconque projet cinématographique avec lui.

Je ne vais pas vous mentir, je suis un fan de Woody Allen, disons que j’apprécie beaucoup son cinéma et son côté à la fois classe mais aussi ironique. Il y a toujours quelque chose de particulier, ce qui fait que lorsque le réalisateur américain sort chaque année, un nouveau long-métrage, ben j’y cours. Ce qui ne veut pas dire que j’oublie ou minimise la gravité des accusations à son encontre.

cha
Charleston Heston, dans Bowling for Columbine (2002)

Depuis l’éclatement de l’affaire Weinstein et #MeToo, la parole se libère et on pose les questions qui fâchent, ce qui ne peut être que salvateur. Toutefois, certains semblent confondre l’homme (ou la femme) mis en cause avec l’artiste et son travail, au risque de tout brûler et de tout renier, au-delà même des scandales de mœurs. Après tout, tout le monde (ou presque) s’accorde pour louer la carrière d’une certaine Brigitte Bardot, de son aura et (même) son apport au cinéma français (mais pas seulement), ce qui n’empêche pas de prendre ses distances avec elle, lorsqu’elle exprime ses opinions politiques très tranchées. Même son de cloche pour Charleston Heston, que je trouve génial et impressionnant dans Ben-Hur mais que j’ai trouvé pathétique dans Bowling for Columbine en raison de son soutien sans faille à la National Rifle Association (NRA), le très puissant lobby des armes américain ?

Si l’homme ou la femme mis en cause peut-être condamnable (encore faut-il respecter la présomption d’innocence), condamner l’artiste est d’une facilité débordante, comme si du jour au lendemain, cette personne ne méritait plus d’exister, n’avait aucune légitimité, comme si son travail n’était plus reconnu par ses pairs et comme si, surtout, on se reniait subitement. Après tout, on continue bien à lire Louis-Ferdinand Céline, à écouter Michael Jackson et même dire du bien d’Yves Montand !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s