Cinéphiles au féminin 1# Julia alias Vampilou

67770521_367487303896084_7625120384236388352_nPremière cinéphile à ouvrir le bal, Julia alias Vampilou, 30 ans, Picarde et 270 abonnés sur sa page éponyme sur Facebook. Un profil qui m’a plu et notamment ses articles ou autres recommandations qu’aux films à aller (éventuellement) voir.  

Une interview à découvrir. 😉

Son blog : vampiloufaitsoncinma.com

Sa page Facebook

Tout d’abord présente-toi en quelques mots

Moi c’est Julia, maintenant 30 ans cette année, j’habite en Picardie, là où soleil n’est pas toujours présent et je suis en fauteuil roulant, ce qui ne m’empêche aucunement de profiter des salles obscures.

Quand as-tu contracté le virus de la cinéphilie ?

Je pense avoir toujours baigné dans le cinéma, mes parents nous ont habitués à regarder de tout avec mon frère, ils nous ont fait découvrir les films les plus cultes, de vrais moments de partage. Plus tard, ça ne m’a jamais lâché, c’est une passion qui va en s’agrandissant, je la cultive, j’essaye de m’ouvrir à différents genres et de voir absolument de tout. J’ai osé me lancer dans un blog, il y a 4 ans maintenant et je ne pourrais plus m’en passer, c’est devenu vital de pouvoir parler de tout ce que vois, films et séries compris.

Selon toi, le cinéma est-il féminin ou masculin ?

Pour moi, le cinéma n’est pas genré, c’est à mon sens l’univers qui devrait justement mettre chacun de nous sur un pied d’égalité, mais dans les faits, c’est différent. Je suis capable de regarder autant de films d’horreur, d’action, que de drames ou de dessins animés, j’aime avoir des goûts aussi éclectiques, pourtant, dans les deux premiers cas, on ne me juge pas forcément légitime. Beaucoup trouvent que ce sont des genres plus masculins et je choque souvent en disant que j’adore ça, alors en donner des avis est encore plus abherant pour eux.

En 2017, le monde du cinéma (mais pas seulement) a été bousculé par l’affaire Weinstein. Deux ans après, a-t-on, selon toi, véritablement tiré les conséquences de #BalanceTonPorc et d’autres mouvements tels que #MeToo ? Des progrès sont-ils encore à faire ?

Bien sûr que l’on en a tiré les leçons, ça aurait été fou de ne pas le faire ou de planquer ça sous le tapis, mais est-ce assez ? Je ne pense pas malheureusement. Le changement est bien lancé, mais il reste du chemin à parcourir pour que les femmes aient une vraie place. L’égalité est très loin d’être au rendez-vous dans ce monde du cinéma et bien souvent, les réalisatrices sont jugées plus sévèrement par exemple, alors qu’elles sont déjà peu nombreuses. Et ne parlons pas des différences de salaires, c’est un sujet malheureusement quotidien. Alors oui, il reste des progrès à faire, mais justement, la voie est libre pour tout faire changer.

Qu’il y-a-t-il une façon « féminine » de voir et de critiquer des films ?

Là encore, je ne suis pas sûre que la critique ait un genre, chacun de nous en est capable, mais il y a certainement différentes façons de voir les choses. Je pense surtout qu’une critique se fait en fonction du ressenti de son auteur, elle peut être plus ou moins sensible, pointue ou technique, mais c’est surtout en rapport avec la vision de chacun.

Comment imagines-tu le cinéma dans 10 ans ?

Toujours plus impressionnant, toujours plus de technologies, peut-être trop d’ailleurs. J’ai tendance à trouver que tout ce qui est 3D ou 4DX n’est qu’un moyen d’aller toujours plus loin, sans parfois beaucoup d’intérêt. On veut en faire une attraction et je regrette parfois que ce ne soit pas plus simple, je ne suis pas contre un bon blockbuster, mais juste ça, c’est suffisant. De plus, une place de cinéma devient vite hors de prix et j’ai bien peur qu’avec les années, ça ne s’arrange pas.

Situation : on te donne carte blanche pour rénover en profondeur le cinéma français. Par quoi tu commencerais et pourquoi ?

Tout d’abord, ça fait peu de temps que je m’intéresse au cinéma français, je m’y suis vraiment mise il y a deux ans, honte à moi, mais je le trouvais malheureusement un peu ennuyeux. Ce que je lui reproche, c’est bien souvent d’être beaucoup trop classique, toujours les mêmes ficelles, les mêmes sujets, les mêmes acteurs, dans les mêmes rôles. Mais justement, depuis quelques temps, j’ai vu du changement et c’est ça que j’aimerais, faire plus original, sortir de sa zone de confort, devenir plus moderne peut-être. Un simple exemple me vient en tête, l’excellent Dans la Brume, qui m’a profondément marqué, pour toutes ces raisons, c’est ça, que j’aimerais, voir plus de risques.

2 commentaires sur “Cinéphiles au féminin 1# Julia alias Vampilou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s