Made in China : retour aux sources

3706308.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxFrédéric Chau est un acteur qui émerge. Après Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu, le voici de retour dans les salles obscures avec un nouveau projet, un peu plus personnel, son Bienvenue chez les Ch’tis d’une certaine manière, toute proportion gardée bien évidemment ! 😉

Nous sommes quelque part à Paris. François, un trentenaire d’origine asiatique, vit avec Sophie. C’est le parfait amour et ce bonheur est sur le point d’être total puisque le couple attend un heureux évènement. La famille s’agrandissant, c’est la parfaite occasion pour François de renouer avec la sienne. Les choses ne sont cependant pas simples : cela fait dix jours qu’il n’a pas revu les siens, installés dans le XIII° arrondissement et son fameux quartier chinois, suite à une violente dispute avec son père. Poussé par sa compagne et encouragé par son meilleur ami Bruno, François se résout à aller voir sa famille, pour le pire… comme pour le meilleur.

3843955.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Made in China met à l’honneur nos compatriotes d’origine asiatique, des Français que l’on méconnait et qui souffrent encore et toujours de certains caricatures et préjugés. C’est justement ces stéréotypes auxquels Frédéric Chau s’est attaqué jouant la plupart du temps sur l’ironie. C’est bien connu, l’Asiat’ a un accent incompréhensible, vient évidemment de Chine et mange du chien ! Très vite, le film tord le cou à ces sous-entendus, en optant pour la carte du rire et de la dérision.

3811143.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Toutefois, si Made in China s’inscrit dans le registre comique, le film n’hésite pas à évoquer des sujets sérieux, voire mélancoliques. François a des relations compliquées avec sa famille et plus spécifiquement son père, au point qu’il fait croire qu’il a été adopté. Une façon un peu curieuse de fuir à la fois son passé mais aussi ses origines, non pas qu’il les renie mais qu’il souhaite tout simplement avancer et être considéré comme un Français à part entière. Cependant, tout est prétexte pour revenir à ses origines et la future naissance de son enfant est un signe supplémentaire. Revenir dans son quartier, c’est revenir à ses origines, dans le quartier dans lequel il a grandi. Mais au-delà d’un simple retour, c’est le rapport avec son père qui a au centre du jeu. Un père qu’il a fui et un père qu’il montre toute son indifférence, sans doute pour masquer leurs blessures réciproques. Une occasion unique de faire la paix ?

2364268.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Made in China est, sans aucun doute et comme indiqué précédemment, le projet le plus personnel de Frédéric Chau, résultat de huit ans de travail et de préparation. Un hommage à la fois à la communauté asiatique dont il est issu mais aussi un regard sur les rapports père – fils qui ne sont pas souvent simples surtout lorsqu’on a évolué dans une famille immigrée et qui a dû batailler ferme pour trouver sa place dans l’Hexagone. Un film qui parlera bien au-delà des Asiat’ donc, une façon sympa de débuter cet été caniculaire !

Made in China

Un film de : Julien Abraham

Pays : France

Avec : Frédéric Chau, Medi Sadoun, Julie de Bona, Steve Tran, Mylène Jampanoï, Bing Yin, Clémentine Célarié…

Genre : Comédie

Durée : 1h28

Sortie : le 26 juin

Note : 14/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s