Paradise Beach : quand l’enfer arrive

0053205.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxLe propre d’un braquage, c’est, une fois le coup réalisé, de refaire sa vie et partir loin pour reprendre la fameuse chanson du 113. Quitter l’Hexagone et jouer les cadors au soleil et profiter un max de son oseille.

C’est justement que ce font un groupe de braqueurs à Phuket, au sud de la Thaïlande. Sur une île paradisiaque, ils se coulent douce et gèrent différentes affaires qui fonctionnent plus ou moins bien. Cela fait quinze ans désormais qu’ils ont quitté la France et coulent des jours heureux. Cet équilibre est remis en cause par la sortie soudaine de Medhi de prison. C’est le seul qui s’est fait prendre par la police lors du braquage et qui a purgé une peine pour les autres. La liberté retrouvée, c’est tout naturellement qu’il se rend en Thaïlande, réclamer légitimement sa part à ses anciens associés, son frère en tête. Tous consentent à lui donner sa part, à une différence près. Il n’y a plus de part, l’argent étant parti en fumée. Medhi n’entend pas en rester là et réclame ce qui lui est du. Le paradis se transforme progressivement en enfer d’autant que dans le même temps, les anciens braqueurs doivent faire face à un groupe de jeunes dealers français installés depuis quelques temps dans la région et mené par Dango, particulièrement vif. Le tout sous l’œil des autorités thaïlandaises plus ou moins corrompues.

3979011.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Tournée intégralement en Thaïlande, Paradise Beach réunit tout ce qui fait un « film de bonhomme » : du « wesh ma gueule », des filles en bikini, du soleil et des règlements de compte. Bon, j’exagère pas mal mais sur ce plan, le film n’invente rien. Le mécanisme est le même, un groupe de personnes profite de la vie et l’arrivée de celui qui a payé pour tout le monde va faire que le paradis se transforme progressivement en cauchemar.

4039852.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Car Medhi est bel et bien déterminé à récupérer son dû, quitte à semer le chaos même si cela implique de nouveaux acteurs qui n’ont pas nécessairement les mêmes intérêts que lui. C’est le cas par exemple de Dango, un dealer de yaba qui ambitionne de prendre la place de ses aînés. Si une sorte d’accord tacite avait été conclue entre les deux groupes, celui-ci vole en éclats avec l’arrivée de Medhi. L’équilibre (fragile mais équilibre quand même) est durablement mis en cause et personne ne sait comment se terminera cette histoire. Ce qui est évident, c’est que personne ne sortira indemne de ce paradis devenu enfer.

1682329.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Avec 1h34 au compteur, Paradise Beach devrait ravir celles et ceux qui aiment les films de règlement de compte. Agréable à voir mais sans plus !

Paradise Beach

Un film de : Xavier Durringer

Pays : France

Avec : Sami Bouajila, Tewfik Jallab, Mélanie Doutey, Hugo Becker, Kool Shen, Dosseh, Sonia Couling, Hubert Koundé, Hache P, Flore Bonaventura…

Genre : Action, Thriller

Durée : 1h34

Sortie : le 20 février

Note : 12/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s