Black snake, la légende du serpent noir : super-héros ou super-zéro ?

0704304.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxVous connaissez la maxime prononcée par Oncle Ben à son neveu Peter Parker : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »

Cette recommandation, Clotaire aurait pu en faire sienne. Il a préféré l’interpréter à sa propre sauce, c’est-à-dire de manière spéciale. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Clotaire Sangala est un médecin (enfin, c’est ce qu’il prétend ^^). Après plusieurs années passées à Paris, il revient dans son pays d’origine, situé quelque part en Afrique. Orphelin, il a été élevé par maitre en arts martiaux chinois qui l’a recueilli après la mort de ses parents. Clotaire ignore tout de leur passé glorieux et passe la plupart de son temps dans la poudre et les femmes. Egoïste, sans véritable ambition et oisif, Clotaire voit cependant sa vie bouleversée lorsque son grand-père est assassiné par le pouvoir en place, un pouvoir dictatorial et oppressant menée d’une main de fer par le président Ezéchias, bien aidé par le conseiller Afrique de l’Elysée. Clotaire, un bon à rien, devient alors Black Snake, un super-héros masqué et sapé (comme jamais ^^) qui aura pour mission de libérer son peuple.

2014462

Thomas Ngijol est un humoriste que j’apprécie tout particulièrement. Alors je savais que j’allais passer un bon moment avec sa nouvelle comédie qu’il cosigne avec sa compagne Karole Rocher. Black Snake, c’est un super-héros qu’il le devient « par accident », lui qui est plutôt grande gueule et très égotique. Facilement influençable, c’est un peu l’antithèse du super-héros classique, droit, juste, incorruptible et vaillant, ce qui ne l’empêche pas d’avoir des admirateurs, plutôt une admiratrice.

1154028.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Caustique, grinçant et percutant, le film de Thomas Ngijol et de Karine Rocher en profite subtilement (c’est-à-dire à la sauce Ngijol) pour faire passer des messages. La Françafrique n’est jamais bien loin et si l’action se déroule dans les années 1970, elle fait quand même écho à notre époque. Entre magouilles et autres complots, Clotaire devra d’une certaine manière grandir et assumer cet héritage s’il veut être utile pour les siens et être digne de son grand-père.

4268191.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Comédie bien rythmée, malgré une durée assez courte (1h22 seulement), Black Snake, la légende du serpent noir se veut méchamment drôle et plus politique qu’il n’y parait. Alors certains diront que c’est un peu tiré par les cheveux et un peu trop Black power mais l’ironie et la dérision sont, à mon sens, les meilleurs ingrédients apportés à ce film qui rhabille tout le monde (ou presque) sur son passage, sans tomber dans la caricature crasse, bête et méchante. Le cynisme d’Edouard Baer – campant le conseiller Afrique de l’Elysée, très franchouillard et très paternaliste – et la prestation de Michel Gohou – véritable icône de l’humour africain – pèsent pas mal dans ce long-métrage bien divertissant et qui (apparemment) prévoit déjà une suite.

Black Snake, la légende du serpent noir

Un film de : Karole Rocher et Thomas Ngijol

Pays : France

Avec : Thomas Ngijol, Karole Rocher, Michel Gohou, Edouard Baer, Thembaletu Ntuli…

Genre : Comédie

Durée : 1h22

Sortie : le 20 février

Note : 15/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s