All Inclusive : un mélange (très indigeste) entre Camping et Les Bronzés

3089995.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxLe cinéma français – plutôt la comédie française en réalité – est à deux visages. Il peut nous offrir le meilleur comme il peut engendrer le pire… qui est (parfois) davantage apprécié que le premier (allez savoir pourquoi !) Fabien Onteniente devient un coutumier du genre. Après le très oubliable Turf et le semi-échec de Camping 3, il récidive avec All Inclusive, malgré la présence de quelques pointes du cinéma français.

All Inclusive, c’est l’histoire d’une comédie à mi-chemin entre Camping et Les Bronzés. Tout commence à Orly où Bruno, planté par sa compagne le jour du départ, part quand même une semaine de vacances tout inclus en Guadeloupe. Il « emmène » dans ses bagages, Jean-Paul Cisse, un quinquagénaire célibataire et franchement lourd  avec qui il va devoir partager sa chambre. Sur place, les deux vacanciers rencontrent successivement, Lulu, une retraitée extravagante et (très) libérée, une bande de copines qui fête le divorce de l’une d’entre elle, Edouard Laurent, le directeur du centre de vacances et un couple de touristes québécois amateurs de pot (comprenez la beuh) et de galipettes. Avec tout ce joli monde, les vacances de Noël ne seront pas de tout repos !

4799697.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Je suis assez dur avec Fabien Onteniente d’autant qu’il n’a pas fait que de la m**** pour parler franchement, je me rappelle notamment de Jet Set, Trois Zéros ou bien encore People qui étaient marrants. Même Camping tenait la route ! Mais là, ce n’est juste pas possible, c’est tout simplement intolérable ! Certes, il ne fallait pas s’attendre à un chef d’oevure qui marquera à jamais l’histoire du cinéma français (que dis-je ! Mondial) mais au moins au service minimum, à savoir des vannes qui tiennent la route et quelques gags.

4745008.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

All Inclusive, c’est tout le contraire. Le film enchaine les clichés et autres caricatures à vitesse V passant des Antillais à ce mélange bizarre (et indigeste) entre Camping et Les Bronzés. Je ne sais pas si Onteniente a vraiment voulu rendre un hommage à Thierry Lhermite, Josiane Balasko et à Franck Dubosc, mais le résultat est tout simplement navrant ! Très vite, le quota de blagues drôles est atteint et on passe le reste du temps à regarder sa montre et attendre le générique libérateur de fin.

0979415.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le résultat est d’autant plus navrants malgré quelques pistes qui auraient pu (ou du) être davantage explorées. Mais plutôt que de proposer quelque chose de novateur, Fabien Onteniente se contente de faire un patchwork bizarre, digne d’un épisode de Camping Paradis. En clair, un film qui montre une fois encore, que si la comédie française est capable de produire des choses géniales (la plupart du temps potables), il est aussi capable de pondre de véritables bouses qui feront malgré tout le bonheur des grandes chaines au moment de remplir la grilles des programmes (et les caisses au passage !)

All Inclusive

Un film de : Fabien Onteniente

Pays : France

Avec : Franck Dubosc, François-Xavier Demaison, Josiane Balasko, Thierry Lhermitte, Caroline Anglade, Amelle Chahbi, Maiwenn, Mister V, Kev Adams…

Genre : Comédie

Durée : 1h33

Sortie : le 13 février

Note : 4/20 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s