Bienvenue à Marwen : plus que des figurines

2871432.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxPour mon premier film de l’année, j’avais envie de retrouver Steve Carell, un acteur que j’apprécie de plus en plus, une valeur sure dans le monde du cinéma notamment indépendant. Je dois dire que je ne m’y suis pas trompé en allant découvrir son nouveau projet, à l’histoire singulière.

Nous sommes au début des années 2010, aux Etats-Unis. Mark Hogancamp est un ancien illustrateur de BD dont la vie a soudainement basculé suite à une brutale agression. Cette attaque ne l’a pas laissé indemne dans la mesure où il est devenu à moitié amnésique. Il tente, vaille que vaille, de se reconstruire. Pour cela, il a créé un village de toute pièce peuplée de figurines qui s’inspirent de personnes réelles mais aussi de lui-même. Marwen est une bourgade (fictive) de Belgique, théâtre de champs d’opérations durant la Seconde Guerre Mondiale. C’est là que le capitaine Hoggie, un cadre de l’US Army, y a établi son QG et mène une lutte sans relâche contre les nazis. S’il est, parfois, en mauvaise posture, il peut quand même compter sur le soutien de Julie, Carlala, ou encore Roberta sans oublier Nicol. Bien plus que de simples figurines, les personnages de Marwen sont un moyen pour Mark de recouvrer le chemin de la guérison mais aussi d’affronter la réalité et enfin faire face à ses agresseurs.

4770008.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Les conséquences d’une agression ne sont pas que physiques, elles sont également psychologiques et les séquelles peuvent être encore plus sévères. Mark est malheureusement bien placé pour le savoir, lui qui tente de retrouver un sens dans son existence après cette terrible agression qui a failli lui couter la vie. Son tort ? Aimer les femmes, non pas dans un sens graveleux, rassurez-vous ! Il faut dire que Mark est un homme singulier, du genre à collectionner près de 300 paires de chaussures pour femmes. Aussi, lorsqu’il crée ce village remplie de poupées, il n’est pas forcément bien vu par certains. Mais qu’importe ! Pour Mark, la voie de la reconstruction passe peut-être par là. Marwen, c’est le lieu où il peut se sentir en confiance, s’échapper du monde réel pour mieux l’affronter. Un endroit qui sonne en réalité comme une métaphore dans lequel les femmes qui l’entourent jouent un rôle central, comme dans la réalité. Face à lui, on retrouve les nazis qui représentent ses pires angoisses mais également ses agresseurs. Mark veut aller de l’avant, oublier cette terrible agression mais il sait qu’il doit, une bonne fois pour toutes, faire preuve de courage s’il veut en finir avec cette peur intérieure.

0467449.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Inspiré d’une histoire vraie, Bienvenue à Marwen est une jolie histoire sur la résilience et l’imaginaire comme moyen de guérison. Une fois encore, Steve Carell porte avec conviction et gravité un personnage principal qui, en dépit de sa fragilité, demeure déterminé à se battre d’une certaine manière.

Welcome To Marwen

Une belle façon de débuter 2019 et de retrouver au passage Robert Zemeckis ! 😉

Bienvenue à Marwen (Welcome to Marwen)

Un film de : Robert Zemeckis

Pays : Etats-Unis

Avec : Steve Carell, Leslie Mann, Eiza Gonzalez, Diane Kruger, Gwendoline Christie…

Genre : Drame

Durée : 1h55

Sortie : le 2 janvier

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s