Deadpool 2 : moins mordant mais toujours dans l’esprit

2332017Lorsque Deadpool est sorti, il y a de cela plus de deux ans, j’avais tout simplement kiffé la prestation de Ryan Reynolds, complètement déjantée. Cerise sur le gâteau, la scène post-générique était tout simplement hilarante. Notre super-héros, en peignoir, s’adressait directement à l’assistance et annonçait tout bonnement l’arrivée de Cable, un super-vilain aux pouvoirs impressionnants. Bref, du lourd pour la suite.

Aussi, Deadpool 2 était tout en haut de ma priority list, à mon retour de vacances, tout content de retrouver Wade Wilson et son alter-ego totalement barré. Dans ce nouveau volet, notre mercenaire poursuit son bonhomme de chemin, tuant les méchants tout en restant lui-même, à savoir mal-élevé et à l’ouest. Côté vie privée, c’est le grand amour avec Vanessa et tous deux veulent fonder une famille. Tout à l’air de rouler comme sur des roulettes jusqu’à qu’un drame bascule l’univers de Wade. Il devra se remettre en question mais aussi se ressaisir d’autant que Cable, un mercenaire venu du futur, débarque pour une mission très précise : tuer un garçon mutant.

pa0364_comp_v3014.1021.tiff

Comme j’ai souvent tendance à le dire, faire la suite d’un film, c’est toujours à double-tranchant. Soit vous réalisez un coup de maitre, soit vous vous plantez. Deadpool 2 n’est dans aucune de ces situations. Certes, on rigole (toujours), notre héros utilise le quatrième mur à fond et use (et abuse) de la punchline comme jamais mais on sent ce dernier comme fatigué. Bon, le terme est un peu fort mais il est moins mordant, moins piquant, à l’image du film.

_DSF7626.RAF

Alors rassurez-vous, on passe un bon moment mais il y a comme une impression d’inachevé. Il faut dire qu’à faire de clins d’œil plus ou moins appuyés et de référence tous azimuts, le spectateur commence à y perdre son latin, surtout si on n’est pas familier de l’univers Marvel. Avec un rythme soutenu (ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, bien au contraire), on évite de s’endormir mais on fait du surplace à certains moments, ce qui laisse le spectateur dans une situation paradoxale.

2126743

Résultat des courses, Deadpool 2 manque de mordant, de piquant même s’il reste dans l’esprit de son prédécesseur. Bon, on est très loin de l’accident industriel et il n’est pas irraisonnable de penser que le film de David Leitch fera un carton en salles. Ryan Reynolds fait le job et c’est ce qui permet d’ailleurs de rester à flots, même si parfois on se demande s’il n’en fait pas (légèrement) trop !

Mais bon, allons-voir ce que donnera le 3 même si aucune indication n’est clairement donnée dans les scènes post-génériques. Au contraire, celles-ci font la part belle à l’autodérision, preuve une nouvelle fois que l’acteur canadien est capable de rire de lui-même et surtout de ses erreurs ! 😉

Deadpool 2

Un film de : David Leitch

Pays : Etats-Unis

Avec : Ryan Reynolds, Josh Brolin, Morena Baccarin, Julian Dennison, Zazie Beetz…

Genre : Action, Comédie, Aventure

Durée : 1h59

Sortie : le 16 mai

Note : 13/20

[BONUS] Pour le plaisir, la scène post-générique du précédent opus, la meilleure de l’univers Marvel (même si la dernière scène post-générique de Deadpool 2 n’est pas mal non plus ! 😉 )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s