Red Sparrow : J-Law, arme fatale

5441680Les films d’espionnage sont un grand classique du cinéma mondial. On nous promet de l’action, du suspense, voire (selon les cas) de l’émotion. Bref, l’assurance de passer un bon moment, un moment encore plus agréable si vous avez Jennifer Lawrence en tête d’affiche.

Agréable aussi bien pour les yeux que pour le film. On ne va pas se mentir, J-Law c’est la garantie de rameuter du monde (enfin surtout des hommes ^^), d’autant qu’elle incarne un personnage hors-paire, qui tranche assez avec les rôles qu’elle a tenu précédemment.

Nous sommes en Russie. Dominika est une ballerine du Bolchoï, à la carrière prometteuse. Une carrière qui, pourtant, se brise au sens propre comme figuré, un soir de représentation. Suite à une chute, elle doit faire une croix sur sa vie professionnelle. C’est alors que son oncle, lui propose un nouveau travail : rejoindre les services secrets russes et servir d’appât pour les hommes. Dominika, afin d’assurer un avenir pour sa mère, malade, accepte, contrainte et forcée. Entrainée à utiliser ses charmes pour séduire et manipuler, elle devient un red sparrow, un moineau rouge, l’une des meilleurs, sinon la meilleure. C’est alors qu’elle est envoyée à Budapest. Sa cible ? Un agent infiltré de la CIA, qui a récemment fui Moscou. Entre manipulation et séduction, un jeu dangereux s’installe, dans lequel, elle entend bien faire avancer ses pions.

DF-2053.dng

Mata-Hari, Joséphine Becker ou tout récemment Anna Chapman. Toutes les trois ont un point commun : celui d’avoir été des espionnes de renom dont la beauté et le charme ont été des armes de destruction massive auprès des hommes. Il en a été de même pour ces moineaux rouges qui ont véritablement existé et qui ont fait les beaux jours de la guerre froide. Jennifer Lawrence incarne une femme qui, par la force des choses, doit servir son pays en échange d’une certaine bienveillance, dirons-nous. L’entraînement est dur, sans concession et le plus souvent pervers, comme si l’objectif était de dénuer tout sentiment, toute sensation. Dominika est déshumanisée, on se sert d’elle telle un objet de séduction au service de la Russie. C’est d’ailleurs ce qu’on lui apprend et elle finit par s’exécuter. Consciente de son pouvoir, la jeune femme sans histoire se transforme en une redoutable femme fatale, en atteste certaines scènes. Dans ce jeu de dupes qui s’engage, elle sait qu’elle est manipulée, l’occasion pour elle de tirer son épingle du jeu. Mais sa rencontre avec Nash, l’agent infiltré de la CIA, rabat les cartes et sème le doute. Est-elle tombée amoureuse ou protège-t-elle les intérêts de la Russie, voire les siens ?

2691919.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Red Sparrow est un film fort, haletant et intense, comme le montrent la prestation de Jennifer Lawrence mais également certaines assez dérangeantes, voire plutôt crues. Attention, le film reste regardable mais il montre l’univers assez anxiogène dans lequel évolue notre personnage principale, notamment dans cette école aux mœurs et à l’esprit plutôt vicieux. Mais pour le reste, le long-métrage de Francis Lawrence (qui n’a aucun lien de parenté avec Jennifer) promet un bon moment.

Red Sparrow

Un film de : Francis Lawrence

Pays : Etats-Unis

Avec : Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Charlotte Rampling, Mary-Louise Parker, Jeremy Irons…

Genre : Espionnage, Thriller

Durée : 2h21

Sortie : le 4 avril

Note : 15/20

One Reply to “Red Sparrow : J-Law, arme fatale”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s