A beautiful day : Joaquin Phoenix en roue libre

1695604Joaquin Phoenix. J’ai découvert pour la première fois cet acteur dans Gladiator. J’avais 16 ans et il m’avait impressionné dans le rôle de l’empereur Commode, un homme brutal, sans foi, ni loi.

Depuis, je suis à distance la carrière de l’acteur américain qui aime jouer dans les registres plutôt mélancoliques, voire sombres. Après le convaincant Her et le décevant An Inherent Vice, le voici dans A beautiful day. Il incarne Joe, un ancien marine qui exécute quelques contrats. Un jour, on lui demande de sauver la fille d’un sénateur qui a mystérieusement disparu. Joe se lance à sa recherche. Mais confronté à un déferlement de vengeance et de corruption à grande échelle, l’ancien militaire s’embarque dans une spirale infernale de violence où il semble incapable de s’en sortir.

0415109

Joe est un homme torturé. Torturé par son passé mais aussi sa vie actuelle. Il n’a visiblement pas d’enfants, pas de compagne et vit avec sa mère, très âgée. Si s’occuper d’elle n’est pas une sinécure, Joe aime profondément sa maman. Derrière son esprit tourmenté, c’est en réalité un homme qui ne supporte pas les injustices et surtout la violence gratuite notamment sur les enfants. Mais curieusement, pour répondre à la violence, il fait preuve d’une férocité implacable, une façon peut-être de ne pas trop sombrer. Mais cette violence détruit Joe, du moins, le bouleverse, comme s’il avait perdu toute foi en l’humanité. Au contact de Nina, la fille du sénateur disparue, les choses pourraient radicalement changer. C’est un peu sa bouée de sauvetage, celle qui lui permet de conserver des sentiments. Joe est un homme abîmé, bien abîmé même et qui recherche une sortie. Nina, toute aussi abîmée, voire plus que Joe, pourrait sa voie vers un meilleur avenir.

3244088

C’est un personnage plutôt avare en dialogues et très refermé sur lui-même qu’incarne Joaquin Phoenix avec conviction et brio. L’ambiance du film est très particulière, sombre et pas tellement confortable, à l’instar de l’univers dans lequel évolue Joe. Si certaines scènes sont à la limite du soutenable – et pourtant Dieu sait que je ne suis pas une petite nature ! –, d’autres sont remarquables pour leur beauté ou le message qu’elles veulent transmettre. En dépit de cet atmosphère spéciale, le film se maintient par un bon rythme et maintient le spectateur en alerte qui se demande bien comment Joe va se sortir de cette cruelle spirale.

3216939

Résultat des courses, un film qui se débarque, un Joaquin Phoenix qui n’aura certainement pas volé son prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes 2017 et un long-métrage qui n’aura pas volé son prix du scénario au Festival du même nom. A beautiful day pourra peut-être en déranger certains mais détonne par sa force et son personnage principal.

A beautiful day (You were never really here)

Un film de : Lynne Ramsay

Pays : Royaume-Uni

Avec : Joaquin Phoenix, Ekaterina Samsonov, Alessandro Nivola, Alex Manette, John Doman…

Genre : Thriller, Drame

Durée : 1h30

Sortie : le 8 novembre

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s