Carbone : vertu contre argent facile

092780.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxOlivier Marchal est décidément un bon. Un bon réalisateur comme un bon acteur. Un homme que j’apprécie, d’autant qu’il maitrise son sujet. Normal pour un ancien poulet ! 😉

Aussi, c’est tout naturellement que je suis allé découvrir son nouveau long Carbone – un titre pour le moins intriguant – porté par une kyrielle de stars dont Gérard Depardieu, Dani et surtout Benoit Magimel. Carbone raconte l’histoire d’Antoine Roca dit Tonio. Il dirige l’entreprise familiale. Suite à une mauvaise gestion, il croule sous les dettes et n’est pas loin du dépôt de bilan. C’est au moment où il met la clé sous la porte que, inspiré par son comptable, lui vient une idée. Une idée qui lui permettra de monter une vaste escroquerie fiscale et réaliser au passage le casse du siècle. Très vite, l’argent et le succès sont au rendez-vous sans se douter qu’il devra payer au prix fort cette fulgurante réussite.

5869113.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

La nouvelle histoire d’Olivier Marchal est inspirée de faits qui se sont déroulés il y a une dizaine d’années. En 2008, plusieurs investisseurs avaient en effet profité du marché d’achat et de vente de quotas d’émissions de gaz carbonique – le fameux CO2 – à l’échelle de l’Union européenne pour détourner le système et réaliser d’importants bénéfices sur fond d’arnaque à la TVA. Ce commerce juteux mais carrément illicite a coûté près de 5 milliards d’euros à l’Union Européenne et ses Etats-membres dont la France. C’est le point de départ de Carbone qui raconte la descente aux enfers de Tonio. Au départ, c’est un homme ordinaire qui tente de sauver son entreprise et les employés qui vont avec. Méprisé par son beau-père (joué par un implacable Gérard Depardieu) qui n’hésite pas à l’injurier devant sa femme et son fils, n’ayant que peu de relations, Tonio profite du conseil, à première vue, anodin de son comptable et du soutien de deux proches pour prendre sa revanche sur l’administration fiscale. Quitte à manquer de clairvoyance surtout sur la nature des gens qui lui prêtent de l’argent. Car très vite, Tonio fait affaire avec des gens bien peu recommandables, du style grand banditisme. Tonio pense que la droiture et son côté réglo suffiront pour s’en sortir mais c’est oublier que dans ce milieu, les règles sont faites pour ne pas être respectées. Il l’apprendra à ses dépens et devra faire face aux trahisons, règlements de comptes et autres coups fourrés. L’argent facile a un coût et ce qui compte, ce n’est pas la trahison en elle-même, mais qui vous trahit, et bien souvent, la surprise est de taille.

5882589.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Avec un excellent rythme, Carbone remplit avec satisfaction son cahier des charges. Le spectateur est plus qu’en alerte et ce dès la première scène du film prélude à un flashback très instructif et à un dénouement tout simplement surprenant. Pour moi qui aime les films policier, je ne peux qu’approuver et j’attends avec impatience le prochain long de Marchal.

Olivier Marchal qui a même réussi l’exploit de faire oublier que Mickael Youn jouait autrefois les bouffons dans le Morning Live, il y a quelques années ! :p

Carbone

Un film de : Olivier Marchal

Pays : France

Avec : Benoît Magimel, Gringe, Idir Chender, Laura Smet, Michaël Youn, Gérard Depardieu, Dani…

Genre : Policier

Durée : 1h44

Sortie : le 1er novembre

Note : 15/20

One Reply to “Carbone : vertu contre argent facile”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s