kingsman-le-cercle-d-or-a-son-affiche-francaise-01-752x1024Matthew Vaughn est un réalisateur que j’apprécie de plus en plus tant ses films sont de plus en plus déjantés. Après l’expérience Kiss-Ass (où j’ai découvert la très mignonne Chloe Grace Moretz et dont je suis toujours raide dingue), ce fut Kingsman, services secrets en 2015. Film d’espionnage badass, avec pas mal d’hémoglobine quand même. Mais on en avait pour notre argent et surtout plein les yeux.

Plus de deux ans après, le cinéaste britannique savait qu’il serait attendu au tournant, tant la barre était déjà bien placée. Comment faire pour Kingsman 2 soit du même acabit que son grand frère ? Tout d’abord, en travaillant le synopsis : Après d’Eggsy, Roxy et Merlin ait sauvé la planète d’un mégalomane, une nouvelle menace pointe son horizon et elle s’appelle Poppy, une femme tout aussi délicieuse que déjantée. Elle a l’intention de mettre le monde à sa botte et le fait savoir en s’en prenant directement à l’agence Kingsman. Le QG de Londres est totalement anéanti et des victimes sont à déplorer. Seuls survivants, Eggsy et Merlin semblent désemparés et noie leur chagrin dans l’alcool. C’est au cours de cette soirée trop arrosée qu’ils découvrent l’existence de Stateman, une obscure distillerie qui s’avère en réalité… une agence de renseignement américaine. Les deux équipes devront unir leurs forces et définir une stratégie pour contrecarrer les plans de Poppy.

504214.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Alors vous vous dites que le scénario est simple et pas très compliqué ? Oui, mais c’est sans compter un film bourré de moments inattendus. Kingsman 2, c’est en effet le film des surprises entre personnages qui meurent prématurément et d’autres qui reviennent, d’où on ne sait où. Vous l’aurez compris, pour ceux qui ont vu la bande annonce, un acteur majeur du premier volet revient en force, prêter main forte à Eggsy et Merlin mais également leurs nouveaux collègues US. C’est la grosse sensation de ce nouvel opus, mais pas la seule.

396672.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Car outre le synopsis, Kingsman, le cercle d’Or, se distingue par son rythme effréné, ses effets spéciaux démentiels et son humour tout aussi british que noir (ou cynique si vous préférez). Une scène qui résume à elle toute seule l’ambiance du film, c’est bien la scène d’ouverture, superbe baston dans un cab londonien sur fond de Let’s go crazy de Prince. Oui, le début est complètement fou et le spectateur que je suis ne peut dire que « p***** c’est trop de la balle ! ».

504527.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Côté distribution, si Taron Egerton confirme dans le rôle d’Eggsy et que Colin Firth reste sublime dans celui de Galahad, il faut dire que Julianne Moore m’a tout simplement fait rire dans celui de Poppy. Elle succède ainsi à Samuel L. Jackson dans le rôle du méchant et elle l’assume avec tenue et classe. Même Elton John (oui, oui ! je parle bien d’Elton John le chanteur) y joue de sa (grande) musique et l’effet est plus bien ! 😉

Bref, on n’attend plus que le 3 !

Kingsman, le cercle d’or (Kingsman, the Golden Circle)

Un film de : Matthew Vaughn

Pays : Royaume-Uni

Avec : Taron Egerton, Colin Firth, Mark Strong, Julianne Moore, Halle Berry, Channing Tatum, Jeff Bridges, Halle Berry…

Genre : Action, Espionnage, Comédie

Durée : 2h21

Sortie : le 11 octobre

Note : 16/20